Mon compte Devenir membre Newsletters

Les retards de paiement en Europe s'établissent à 12,6 jours en moyenne

Publié le par

En 2007, les retards de paiement des entreprises européennes s'établissent en moyenne à 12,6 jours. L'Allemagne conforte son leadership, la France tente de résister et le Royaume-Uni dérape.

En 2007, les retards de paiement des entreprises européennes s’établissent en moyenne à 12,6 jours. L’Allemagne conforte son leadership, la France tente de résister et le Royaume-Uni dérape. Et quatre entreprises sur dix respectent leurs délais de règlement. Tels sont les principaux enseignements de l'étude annuelle réalisée par Altares sur les comportements de paiement des entreprises européennes. "Les retards de paiement sont à l’origine d’une défaillance sur quatre.Or nous le constatons une fois encore, la ponctualité des paiements n'est pas exemplaire dans toute l'Europe", relève Thierry Millon, responsable des analyses Altares.

Les entreprises allemandes tirent la performance européenne avec plus de 55% de paiements à échéance. C'est toutefois près de 3% de moins qu'un an plus tôt. Cette ponctualité allemande est d'autant plus exemplaire que le pays conserve les délais de règlement les plus courts en Europe, compris en moyenne entre 15 et 60 jours. Les entreprises italiennes réglant leurs fournisseurs sans retard sont également majoritaires en 2007 (50,1%). Elles étaient 47 % en 2006. En Espagne, le taux de bons payeurs est stable à 46%.Ces deux derniers pays appliquent toutefois des délais de règlement deux à trois fois plus longs que ceux constatés en Allemagne.

Les autres pays étudiés sont en-dessous de la moyenne européenne. Les Pays-Bas s'inscrivent sur une tendance positive avec un taux de délais respectés de 37,6% en augmentation de près de 2% sur un an. La France et le Royaume-Uni sont en revanche défavorablement orientés ; 33,6% (-1%) des entreprises britanniques règlent leurs fournisseurs sans retard. L'évolution de la France est plus sévère : 31,8% payent sans retard soit 4% de moins qu'un an plus tôt. Les trois autres pays étudiés présentent des taux inférieurs à 30%.