Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises européennes privilégient encore l'archivage interne

Publié le par

Près de 83% des entreprises européennes (Allemagne, France et Royaume-Uni) continuent d'archiver leurs documents dits actifs en interne.

Près de 83% des entreprises européennes (Allemagne, France et Royaume-Uni) continuent d'archiver leurs documents dits actifs en interne. Tel est le principal résultat d'une étude réalisée par Ronin Corporation pour le compte d'Iron Mountain. Il existe cependant des différences entre les pays : 89% des entreprises allemandes archivent en interne leurs documents actifs contre "seulement" 58% dans les entreprises anglaises ; en France, 71% des entreprises continuent d'archiver leurs documents actifs en interne.

Environ 80% des entreprises, dans les trois pays étudiés, se déclarent préoccupées par la sécurité et la protection des données, citées comme principales raisons pour la conservation des documents actifs en interne. Les craintes de perdre la maîtrise de leurs propres documents et d’en limiter l’accès sont les facteurs primordiaux qui dissuadent les entreprises d’opter pour l’externalisation de leur archivage. En Allemagne, une maîtrise accrue des archives est l’argument le plus souvent invoqué en faveur d’une conservation en interne (90%), tandis qu’un accès facilité et plus rapide est la première raison indiquée en France et en Grande-Bretagne (92%).

Le coût représente également un facteur important dans le choix d’un archivage interne. Cependant, la démarcation selon les pays est différente dans ce cas : alors que près de la moitié des entreprises consultées en France et en Allemagne citent l’argument financier, seules 38% des entreprises britanniques en font autant.

Enfin, l'étude constate que, parmi les trois pays analysés, l’Allemagne est celui où les entreprises sont les plus nombreuses à affecter les budgets les plus élevés à la gestion des archives : 34% des entreprises allemandes consacrent plus de 100 000 euros par an à l’archivage, contre 29% en Grande-Bretagne. En France, la majorité des entreprises (40%) présentent des budgets inférieurs dans ce domaine (moins de 20.000 euros).