Mon compte Devenir membre Newsletters

Les deux départements alsaciens mutualisent leurs achats

Publié le par

Plusieurs groupements de commandes sur des achats récurrents ont été constitués entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, afin de réaliser des économies d'échelle.

Parmi les achats mutualisés : le sel de déneigement, les équipements de protection individuelle ou les carnets de santé.

Parmi les achats mutualisés : le sel de déneigement, les équipements de protection individuelle ou les carnets de santé.

Les conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin entament une coopération politique et administrative qui se concrétise, notamment, au travers de leurs achats. Les deux entités ont constitué, fin mars, plusieurs groupements de commandes, afin de réaliser des économies d’échelle grâce à une massification des achats.
“Nous commençons par des familles récurrentes et relativement “simples” techniquement, afin de d’abord tester le dispositif, puis de démontrer les intérêts notamment financiers d'une telle démarche”, indique-t-on au service commande publique de l’administration du Haut-Rhin. Après plusieurs réunions préparatoires, afin de concilier les calendriers en termes de gestion des contrats en cours et de remise en concurrence des nouveaux marchés, les rôles ont été répartis.

Sel de déneigement, carnets de santé, fournitures de bureaux…
Le Bas-Rhin coordonnera l'achat de sel de déneigement, tandis que son alter ego s’occupera des carnets de santé et de maternité, des équipements de protection individuelle (par exemple les gants de manutention) ainsi que des fournitures de bureau et de papier. Ces familles d'achats ont aussi été choisies en raison du potentiel d’économies lié à une augmentation des volumes, par rapport à des coûts d’acquisition unitaires.
Aucun chiffre n’a cependant été avancé. “Les objectifs de gain restent encore à apprécier sur chacun des segments, ajoute-t-on au CG68. Cette question sera abordée prochainement, au moment des estimations prévisionnelles des achats concernés.” Les deux entités ont par ailleurs annoncé que cette démarche de rationalisation ne s’arrêterait pas là et que “d'autres familles d'achats sont déjà à l'étude pour constituer de nouveaux groupements de commandes”.