Mon compte Devenir membre Newsletters

La Mercedes Classe S passe à l'hybride

Publié le par

Le constructeur à l'étoile profite du restylage de sa Classe S pour la proposer en version hybride. Avec ses 299 chevaux, la grande routière mêle confort et agrément tout en baissant sa consommation.

L'effort environnemental se poursuit : la Classe S 400 H affiche un taux de CO2 de 186g malgré ses 299 chevaux.

© Mercedes

L'effort environnemental se poursuit : la Classe S 400 H affiche un taux de CO2 de 186g malgré ses 299 chevaux.

Une Classe S hybide. Logique! Mercedes, en tant que constructeur premium, ne pouvait pas laisser BMW et Lexus seuls à proposer un véhicule fonctionnant à l'essence et à l'électrique sur un segment des berlines de luxe où il réalise un taux de pénétration de 43% en Europe. L'Etoile a donc profité du restylage de son véhicule haut de gamme cet été pour proposer une version S 400 Hybrid. Au V6 essence de 279 chevaux, s'ajoute ainsi un moteur électrique de 20 chevaux fort d'un couple de démarrage de 160 Nm. En résultent une puissance combinée de 299 chevaux et un couple total de 385 Nm. Lequel permet à la voiture, pénalisée par ses deux tonnes sur la balance, de baisser la consommation dans les phases de démarrage ou de relances. Parallèlement, le système Stop and Start de coupure du moteur à l'arrêt vient amplifier cette diminution. La S 400 H revendique ainsi une consommation mixte de 7,9 litres et un taux d'émission de CO2 de 186g par kilomètre. La TVS de 2 790 euros en fait une alternative intéressante pour les flottes, mais son prix de 74 200 euros HT découragera plus d'une entreprise.

Esthétiquement, rien ne distingue l'hybride des autres versions, si ce n'est le badge "hybrid" inscrit sur la poupe. Comme les autres S restylées, la S 400 H arbore de nouveaux feux à leds et deux imposantes sorties d'échappement à l'arrière. A l'avant, les modifications sont minimes. A l'intérieur, le confort est soigné avec des sièges en cuir à multiples réglages électriques et une importante largeur aux coudes. Les passagers assis à l'arrière profitent de ce confort grâce à l'empattement de 3,03 m. L'ensemble s'avère amplifié par l'équipement de série qui comprend notamment les sièges chauffants, climatisés et massants.

Au volant, la limousine de 5,09 m se montre à la hauteur de son rang. Malgré son poids, la S 400 H offre un agrément de conduite digne de sa puissance et atteint les 100 km/h départ arrêté en 7,5 secondes. La montée en régime se fait en douceur, et la boîte de vitesse automatique à sept rapports, qui assure la transmission aux roues arrière, s'avère bien étagée. En ville ou sur les petites routes, la voiture reste maniable grâce à une direction à assistance variable efficace. Sur l'autoroute, les choses se compliquent : à 130 km/h, le compte-tour indique moins de 2 500 tours/minute. Autant dire qu'un court moment d'inattention et les 200 km/h sont dépassés : la contrepartie d'une excellente insonorisation! Néanmoins, le confort règne et la souplesse des suspensions y participe. Les irrégularités de la route sont avalées sans difficulté. Le passage en mode sport permet toutefois de raffermir ces suspensions, assurant ainsi un meilleur dynamisme. Mais l'adoption d'une conduite nerveuse dans une hybride reste un paradoxe, puisque les consommations s'envolent aussitôt.