Mon compte Devenir membre Newsletters

La Médiation des relations interentreprises juge positif son premier bilan d'activité

Publié le par

La médiation des relations interentreprises qui vient de rendre public son premier rapport d'activité, se félicite des grands changements déjà opérés dans le paysage économique en si peu de temps.

Après 18 mois d’activité de la Médiation des relations interentreprises, son patron, Jean-Claude Volot dévoile le premier bilan  de cette structure dont l'objectif est de contribuer à l’émergence d’un meilleur équilibre dans les relations de sous-traitance.

A ce jour, 320 dossiers de médiation ont été reçus, ce qui représente plus de 844 000 emplois : 288 saisines individuelles représentant 37 000 emplois et 32 saisines collectives représentant 807 000 emplois. Le médiateur et ses équipes enregistrent un taux de réussite de 83% sur les dossiers clôturés et rappellent que le plus souvent, les relations commerciales se trouvent renforcées à l’issue des médiations. La médiation des relations interentreprises se réjouit de constater qu’un véritable «état d’esprit » de médiation commence à se diffuser dans notre pays. En témoignent notamment les 169 grandes entreprises et organismes socioprofessionnels signataires de la Charte des bonnes pratiques, qui mettent en oeuvre sur le terrain des dispositifs concrets afin de créer ou d’optimiser une relation de confiance et collaborative avec leurs fournisseurs.

Continuer à combattre les politiques d’achats qui reposent sur des visions court-termistes et sur la logique du prix le plus bas reste la priorité de Jean-Claude Volot, convaincu que les entreprises de petites et moyennes tailles sont capables de se développer et de remporter la bataille de la compétitivité aux côtés des grands groupes. « PME et TPE sous-traitantes constituent le premier gisement d’emplois, de savoir-faire et de productivité en France ; cela doit suffire à éveiller les consciences de chacun. Jouer en solo une partition collective ne peut pas donner de bons résultats lorsque l’hyper compétition est là.», a rappelé le patron de la médiation.