Mon compte Devenir membre Newsletters

Jean-Marie Héron, nouveau président de l'AACT

Publié le par

Il a succédé mi-juin à Marc Falize à la tête de l'Association des acheteurs de collectivités territoriales, qui compte plus de 650 membres.

Jean-Marie Héron dirige par ailleurs les services techniques d'Etrechy.

Jean-Marie Héron dirige par ailleurs les services techniques d'Etrechy.

L’Association des acheteurs de collectivités territoriales (AACT) a un nouveau président. Arrivé au terme de son mandat, Marc Falize a transmis le témoin à Jean-Marie Héron, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 19 juin dernier à Paris. Responsable des services techniques de la ville d’Etrechy (Essonne), Jean-Marie Héron (48 ans) était jusqu’à présent vice-président de l’AACT, un poste désormais dévolu au responsable de la commande publique de Meaux (Seine-et-Marne), Alain Bénard. Le conseil d’administration reste inchangé, avec 18 membres. Créée en 1992, l’AACT est la principale association d’acheteurs publics en France, avec près de 650 membres.

Le bon exemple du "livre blanc"
« Mon premier objectif est d’être toujours à l’écoute de nos adhérents, confie Jean-Marie Héron à Décision Achats. Leurs expériences nous permettent d'élaborer nos propositions et nos actions pour augmenter l’efficacité de la commande publique. » Il cite en exemple le travail effectué à l’occasion de la sortie du “livre blanc” de l’AACT, en octobre dernier. Cet ouvrage compilait une trentaine de propositions pour fluidifier le processus de commande publique et lever les freins à l’efficacité économique. « Ce livre blanc, téléchargeable gratuitement, a été un vrai succès, observe le responsable des services techniques d’Etrechy. D’abord parce que les propositions formulées étaient le résultat des remontées d’information du terrain, grâce à nos adhérents. Ensuite parce que nous avons eu la chance de le publier au bon moment, puisque la réforme du code, annoncée par Nicolas Sarkozy en décembre à Douai, s’est faite dans cet esprit de simplification de la commande publique, conformément à nos propositions. »

Culture de l'achat
Autre point majeur sur lequel il compte insister durant son mandat de deux ans : l’évangélisation du secteur public à la culture de l’achat. « Il faut encore franchir une étape pour que les pouvoirs adjudicateurs se rapprochent du monde économique et l’animent », explique-t-il. Quant aux axes d’études de l’AACT, les travaux se poursuivront sur le développement durable, la dématérialisation et le commerce équitable.