IdeXlab lance une plateforme d'intermédiation au service de l'innovation ouverte

Publié le par

Plateforme couplée à un moteur de recherche ultra performant, IdeXlab s'adresse aux grands comptes comme aux PME innovantes souhaitant trouver des experts dans des domaines pointus. Présentation de cette start-up en compagnie de Jean-Louis Liévin, co-fondateur et concepteur d'ideXlab.

IdeXlab lance une plateforme d'intermédiation au service de l'innovation ouverte

Tout le monde ou presque en a déjà entendu parler mais sauriez-vous en donner une définition ? L'innovation ouverte (Open Innovation en anglais) est un ensemble d'outils et de méthodes permettant d'accélérer et de rentabiliser les investissements d'innovation : la collaboration, la mutualisation des efforts permises par internet et la connectivité croissante d'un monde en réseau.

Apparu au début des années 2000 aux USA, le phénomène n'a fait que grandir depuis. Aux USA, après son élection au poste de président des USA, Barack Obama a nommé un Chief Technology Officer (CTO) dont le portefeuille de missions englobait le développement de l'innovation ouverte.

De ce côté-ci de l'Atlantique, s'il y a encore deux ans, les entreprises européennes en avaient tout juste entendu parler, aujourd'hui, la prise de conscience du caractère stratégique de l'innovation ouverte s'accélère.

Faciliter la mise en relation entre compétences et entreprises

Et c'est sur le créneau de l'intermédiation dédiée à l'innovation ouverte que la société ideXlab, start-up de 10 personnes soutenue notamment par bpifrance, ex-Oseo, s'est positionnée. Créée en 2011 par 4 associés, dont Jean-Louis Liévin, ancien directeur de la recherche & de l'innovation de British Telecom (BT) et concepteur d'ideXlab, la plateforme - et start-up éponyme - IdeXlab (brevet déposé) s'appuie sur une communauté d'experts mondiale (environ 5 millions) dans tous domaines scientifiques et techniques pour mettre à disposition des entreprises une communauté globale d'experts découverts " en temps réel ", via un moteur de recherche dédié, en fonction du problème exprimé. "Dans le cadre de mon travail chez BT, j'ai été amené à travailler avec ce type de plateforme américaines et en 2011, avec 3 associés, nous avons décidé de créer IdeXlab" retrace Jean-Louis Liévin.

"Notre plateforme a pour but d'aider les entreprises, petites ou grandes, à trouver l'expertise scientifique et technique dont elles ont besoin vite et bien" continue-t-il. "Les décisions stratégiques des grands groupes et des PME en matière d'innovation sont différentes : les premiers ont généralement la surface financière pour faire des arbitrages de type make or buy tandis que pour les PME, l'intérêt sera d'élargir leur champ de compétences. Ainsi, un grand groupe qui réussit à ramener le délai de développement d'un nouveau produit de 9 à 6 mois et s'assure le first-to-market, gagne un avantage compétitif car il réduira aussi ses coûts par la même occasion", développe le co-fondateur de la plateforme disponible uniquement en version anglaise pour le moment. "La démocratisation de l'innovation ouverte pour une PME peut aussi favoriser sa croissance et compenser en partie ses manques de moyens pour financer un poste R&D" ajoute-t-il.

Fonctionnement et business model

S'appuyant sur des algorithmes et un moteur de recherche très puissant, la plateforme "se nourrit" de la big data mise sur le net en open access par les grandes universités et laboratoires de recherche à travers le monde et complète ces données d'une analyse fine des réseaux sociaux. "Nous identifions des compétences, en réalisons la cartographie et contribuons aussi à la valorisation de ces compétences dans des domaines d'application potentiels. La mise en relation que nous faisons se fait autant entre PME/grands groupes et labos qu'entre labos ou universités eux-mêmes". Nos outils d'ideXlab s'intègrent de façon transparente dans les processus, organisations et cultures de leurs clients, afin de leur garantir un retour rapide sur investissement et l'accès à la plateforme se fait en mode SaaS" affirme-t-il.

Le modèle économique de la plateforme est bâti autour d'une formule d'abonnement Freemium (1). Après un test, si le client est satisfait, il prend un abonnement pour accéder au panel de services de la plateforme. La société lance une recherche sur un sujet précis et met les experts qui l'intéressent dans un panier comme sur un site marchand. IdeXlab consulte la sélection, vérifie sa cohérence par rapport au projet puis transmet un formulaire de contact à l'expert. Le dialogue entre expert et société via un chat room ensuite est anonyme. "Contrairement aux plateformes américaines où les experts s'enregistrent directement, nous ne faisons d'intermédiation qu'avec les experts que nous estimons compétents par rapport au projet étudié.

Et demain ?

Actuellement, les clients d'ideXlab sont de grands groupes industriels mais la société élargit progressivement sa cible à des acteurs de l'innovation de toutes tailles (start-ups, PMEs, Laboratoires, Universités, Agences spécialisées, etc.). IdeXlab bénéficie du soutien de bpifrance et fait partie aussi du programme de recherche européen Eurostars(2). "Nous mettrons très bientôt notre plateforme à leur service pour valoriser le potentiel d'innovation des sociétés françaises et pour aider les entreprises à trouver les compétences dont elles ont besoin" explique le fondateur d'IdeXlab.

L'intermédiation entre sociétés à la recherche de compétences pour innover et les entités détenant ces compétences n'est pas le seul service que peut rendre la plateforme : "nous sommes aussi des chasseurs de têtes" précise Jean-Louis Liévin. La communauté d'experts recensés via la plateforme permet effectivement à la start-up d'avoir accès à un très large réservoir de compétences techniques et scientifiques. Et à terme nous réfléchissons aussi aux possibilités de fournir un service de business development...

(1) Le Freemium est un business model qui mélange gratuité : un service de base offert (en accès complet ou bridé) et premium avec des fonctionnalités à valeur ajoutée payantes.

(2) Programme destiné à soutenir les PME innovantes, à fort potentiel de croissance, engagées dans des projets collaboratifs. Les bénéficiaires du programme en sont les entreprises de moins de 2 000 salariés et les partenaires académiques.