Mon compte Devenir membre Newsletters

Guillaume Laffineur réorganise la commande publique de la ville de Reims

Publié le par

Ouvrir le volet économique des achats à Reims n'a pas été une mince affaire pour Guillaume Laffineur, arrivé au poste de chargé de mission de la ville, en 2008. Pourtant, il ne tarde pas à récolter les fruits de ses efforts en faisant évoluer avec diplomatie le modèle de la commande publique.

Guillaume Laffineur réorganise la commande publique de la ville de Reims

Quand, en 2008, il accepte le poste de chargé de mission de la ville de Reims, Guillaume Laffineur est loin d’imaginer la profonde évolution que vont vivre la ville et l’agglomération lorsqu’en janvier 2010, le directeur général des services nouvellement nommé, Olivier Nys, prend ses fonctions. Un changement qu’il va d’ailleurs accompagner.

«Pendant deux ans, j’ai occupé une fonction de chargé de mission avant de basculer, en 2010, dans un autre univers quand j’ai décidé de faire mienne la dynamique ambitieuse d’Olivier Nys et de Denis Roquier, DGA Ressources», confie-t-il. Ces derniers souhaitent professionnaliser les achats comme à Paris, Lyon, Lille, Strasbourg ou Orléans mais leur projet n’emporte pas immédiatement l’adhésion. À cet égard, le soutien du directeur général des services techniques, Jean-Pierre Auger, membre du comité de pilotage, se révèle essentiel. De son côté, Guillaume Laffineur est convaincu de la nécessité de faire évoluer le modèle de la commande publique de Reims, bâti essentiellement autour d’un traitement procédural des achats, gage de leur exemplarité juridique. «Sur un tel sujet, vous ne pouvez pas avancer seul, on travaille avec et non contre les gens. Vous injectez des techniques du privé qui sont déstabilisantes au premier abord et qui génèrent des inquiétudes», affirme avec conviction Guillaume Laffineur. Aidé par le cabinet de conseil Accenture, le comité de suivi du projet, composé des directions opérationnelles, des gestionnaires des marchés et de la direction juridique s’attelle, en 2011, à donner vie au projet Optima (Optimisation des marchés et des achats). À savoir, la réorganisation des métiers achats autour de responsables correspondants achats et des centres de services et ce, sur la base d’une nouvelle nomenclature des achats construite et validée avec chaque direction.

Une intégration de la fonction achat longue et complexe couronnée de succès

Adapter les pratiques des services s’avère difficile. Courant 2012, les réserves sur l’efficacité du projet commencent à s’estomper et les agents s’approprient peu à peu ce nouveau cadre. Il faut gérer, en parallèle, la communication interne (newsletter, cycle de conférences sur les achats, cycle de formation d’une vingtaine de personnes), la redéfinition progressive des processus et des circuits d’achat. Il faut également prendre en main le recrutement de deux acheteurs issus du secteur privé ainsi que la mobilité interne des autres acheteurs pour arriver à une équipe de huit personnes dont un apprenti au printemps 2012.

Devenu directeur de la mission Optima en 2012, Guillaume Laffineur diffuse alors progressivement auprès de tous ses collègues de la ville et de l’agglomération, une culture achat qui fait tomber les préjugés. Avec 800 000 euros de gains prévisionnels en 2012, 2 millions en 2013 et 5,5 millions d’ici à l’année 2014 (en cumulé), les résultats sont bel et bien au rendez-vous. «Sans la mobilisation de tous mes collègues, nous n’en serions pas là aujourd’hui», précise-t-il. «Nous sommes proches de réussir la quadrature du cercle de l’achat public. À savoir, faire des économies en respectant le code des marchés publics, ne pas dégrader la qualité du service, satisfaire les demandes des clients internes et approfondir la culture d’achats responsables des deux collectivités», conclut-il.

Ses forces

  • Il recrute deux acheteurs issus du secteur privé et joue la carte de la mobilité interne pour les autres acheteurs.
  • Il réorganise les métiers achats autour de responsables-correspondants achats et de centres de services.
  • Il fait évoluer le modèle de la commande publique tout en maintenant la sécurité juridique des achats.

Son parcours

Titulaire d’une maîtrise d’histoire, Guillaume Laffineur, 32 ans, intègre Sciences Po Paris en master Affaires publiques pour préparer ensuite les concours administratifs (Ena, Inet…), et rejoint, par la suite, l’Institut national des études territoriales (Inet), en 2007-2008.

Ville de Reims

Activité
Service public (collectivité territoriale)
Budget 2011 (ville + agglo)
400 millions d’euros
Effectif total
2800 agents
Volume d’achats 2011
(investissement + fonctionnement ville-agglo) 200 millions d’euros
Effectif achats
8 acheteurs/60 responsables-correspondants achats/25 gestionnaires marchés

Le site des Trophées Décision Achats vous donnera toute les informatiques pratiques nécessaires sur ce rendez-vous de toute la communauté professionnelle des achats.

Pour voter pour le décideur achats de l'année, rendez-vous sur notre site en ligne.

Jérôme Pouponnot