Mon compte Devenir membre Newsletters

Grand stade de Lille : une salve contre le prix du partenariat public-privé

Publié le par

Le nouveau maire de Villeneuve d'Ascq, l'une des deux communes d'implantation de la future enceinte, critique le coût du contrat qui s'élève à près de 700 millions d'euros.

À Lille, le partenariat public-privé (PPP) pour le grand stade d'agglomération fait grincer des dents. Le projet Eiffage avait été retenu en février dernier par la communauté urbaine (LMCU), au détriment du dossier Norpac, pourtant moins-disant de 108 millions d'euros. Elu dimanche 16 mars, le nouveau maire (Divers gauche) de Villeneuve d'Ascq, l'une des deux communes devant accueillir la future enceinte de 50 000 places, a averti : «Je ne suis absolument pas contre la construction du stade, mais LMCU a d’autres priorités dans son budget et je pose la question : jusqu’où peut-on aller en termes de dépenses pour le grand stade ?», a ajouté Gérard Caudron. Le coût du projet présenté par Eiffage pourrait atteindre 700 millions d’euros. La communauté urbaine verserait 14,2 millions d'euros sur trente et un ans et le loyer payé par le club de football du LOSC serait de 7,5 millions d'euros. Le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais devrait débloquer une subvention globale de 45 millions d'euros environ. Les élus espèrent par ailleurs une participation de l’État, dans la perspective d’une candidature de la France à l’Euro 2016 de football. La prochaine assemblée plénière des élus de LMCU, dans les prochaines semaines, sera consacrée au stade et devait, à l'origine, régler les détails du contrat avec Eiffage. Elle devrait être agitée. Mais l'opposition de M. Caudron ne suffira probablement pas à remettre en cause le projet. La nouvelle assemblée de LMCU, issue du scrutin de dimanche dernier, retrouve une majorité de gauche qui avait largement adopté le projet en février dernier.

En France, c'est la première fois qu'un PPP serait utilisé pour la construction d'un stade. Créé par une ordonnance de juin 2004, le PPP est un contrat permettant à des opérateurs privés de concevoir et gérer des équipements publics.