Mon compte Devenir membre Newsletters

Entreprises et services publics payent un peu plus vite leurs fournisseurs

Publié le par

Une baisse globale des délais de paiement est constatée pour l'année 2007. Mais des efforts seront nécessaires pour respecter la nouvelle législation.

Les délais de paiement interentreprises en 2007 étaient légèrement en dessous de leur niveau de 2006 (64,6 jours contre 65,9). Cette légère amélioration ne change pas la nature du diagnostic : « La France est un pays où l'on paye en retard », résume Jean-Paul Betbèze, auteur du troisième rapport de l'Observatoire des délais de paiement, remis fin décembre au secrétaire d'Etat chargé du commerce, Hervé Novelli (lire le rapport intégral sur le site du ministère).

L'État montre l'exemple

Le bilan au cas par cas révèle une situation très contrastée. Mais globalement, le rapport de force reste favorable aux grands groupes, où l'on constate une baisse sensible des délais clients, doublée d'une relative stagnation des délais fournisseurs, ce qui contribue à améliorer le solde commercial. C'est l'Etat qui se montre très bon élève sur l'exercice 2008 : son délai de paiement global était de 20,1 jours en 2008, contre 23,9 l'an dernier. Il a fait l'objet en avril dernier d'une législation spécifique imposant un raccourcissement des délais de 45 à 30 jours. Les collectivités locales emprunteront la même voie par paliers d'ici à 2011.

Recours accru à la dématérialisation

La voie législative a également été privilégiée par l'État pour les délais de paiement dans le secteur privé. La loi LME, entrée en vigueur le 1er janvier 2009, fixe un plafond à "45 jours fin de mois". Un dossier dans lequel les directions achats devront s'impliquer (découvrir en vidéo les conseils de Jean-Didier Clémençon, président de l'Association française des credit managers). Cela passe notamment par un recours accru à la dématérialisation.