Mon compte Devenir membre Newsletters

Des ONG européennes dénoncent certaines pratiques au sein de l'industrie du jouet

Publié le par

Cinq organisations non gouvernementales ont décidé de lancer une pétition pour appeler à corriger le système de certification des usines en Chine.

Cinq ONG européennes, dont Peuples Solidaires en France, demandent à la Fédération internationale des industries du jouet de s'assurer que les ouvrières et ouvriers chinois, qui fabriquent 80% des jouets dans le monde, reçoivent un salaire vital et travaillent un nombre d'heures raisonnable. La Fédération est notamment appelée à s'assurer que les marques et distributeurs de jouets corrigent leurs pratiques d'approvisionnement, afin qu'elles n'entravent plus l'application de conditions de travail décentes.

A l'heure actuelle, les industriels du jouet, réunis au sein de cette Fédération internationale, ont mis en place un système de certification d'usines dont ils considèrent, après enquête, qu'elles respectent les droits des travailleurs, tels que reconnus par leur code de pratiques commerciales. Mais selon ces ONG européennes, les enquêtes que mène la Fédération s'avèrent souvent inefficaces. Elles estiment également que ce système de certification ne tient pas compte des pratiques d'approvisionnement des entreprises donneuses d'ordres, qu'elles estiment à l'origine de certaines dérives. « Ces entreprises infligent à leurs fournisseurs un nombre limité de commandes, des délais de livraison restreints et des prix extrêmement bas, explique Debby Chan, un responsable de l'Association chinoise contre la mauvaise conduite des entreprises. Autant de contraintes que les fournisseurs répercutent sur les conditions de travail de leurs ouvriers. » Pour Fanny Gallois, l'un des responsables de l'ONG Peuples Solidaires, « tant que les marques et distributeurs de jouets ne changeront pas leurs pratiques d'approvisionnement, leurs engagements en matière de fabrication éthique resteront lettre morte ».

Ainsi, les cinq ONG européennes ont décidé, dans le cadre d'une campagne intitulée « C'est pas du jeu ! », de lancer une pétition pour appeler la Fédération internationale à corriger son système de certification, afin qu'il permette effectivement d'assurer des conditions de travail décentes pour les ouvriers du jouet, tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Celle-ci sera remise à la Fédération en février 2011, à l'occasion du salon du jouet de Nuremberg, en Allemagne.