Mon compte Devenir membre Newsletters

Chine : des conditions d'achats plus difficiles

Publié le par

Un tiers des entreprises présentes en Chine déclarent envisager en 2009 une renégociation de leurs prix d'achat auprès de leurs fournisseurs chinois de matières premières et pièces de fabrication.

Afin de générer des gains de coûts supérieurs à 10 %, un tiers des entreprises présentes en Chine déclarent envisager en 2009 une renégociation de leurs prix d’achat auprès de leurs fournisseurs chinois de matières premières et pièces de fabrication.
Tel est l'un des principaux résultats d'une étude réalisée par le cabinet Booz & Compagny sur la compétitivité des entreprises en Chine*.
Par ailleurs, il apparaît que faire du business en Chine coûte plus cher. Pour la deuxième année consécutive, les entreprises sondées font état d’une hausse significative des coûts de production (+15 % cette année contre +10 % l’an dernier). Une grande partie de cette augmentation est due aux hausses de salaires de la main d’oeuvre chinoise (cols blancs et cols bleus), ainsi qu’à l’augmentation du prix des matières premières.
L’optimisation de la production par la mise en place de systèmes lean et d’optimisation des flux de production constitue une réponse à l’augmentation des coûts. 39 % des sociétés interrogées, contre 27 % en 2007, ont en effet adopté des dispositifs d’optimisation de la production et considèrent cette approche comme un moyen d’améliorer leur efficacité et de générer des économies d’échelle. Figurent parmi les mesures les plus souvent mises en place depuis 2007 :

  • l’optimisation de la configuration de l’usine (41% contre 16%);
  • la mise en place d’un système de production et d’une chaîne logistique différenciée par produit et par segment de marché (61% contre 41%);
  • une optimisation de la planification de la production (42% contre 23%);
  • la différenciation en fin de cycle de production (31% contre 16%).

Au-delà, les entreprises qui sont parvenues à équilibrer leurs structures de coûts renforcent, en dépit de la récession mondiale, leur implantation en Chine. Sur l’ensemble des entreprises sondées qui estiment bien maîtriser leurs coûts, 53% affirment avoir des projets de développement de leurs capacités de production, 29% envisagent d’ouvrir de nouveaux sites de production et 44% réfléchissent à investir dans la modernisation de leurs procédés de fabrication.
Plus de 50% des entreprises interrogées estiment que la délocalisation de leurs activités de production en Chine s’est avérée plus difficile que prévu. Pour 56% des entreprises, la plus grande difficulté réside dans le fait d’embaucher et de conserver un personnel fiable. Pour diminuer le turn-over de leurs effectifs, notamment parmi les travailleurs les plus compétents, 86% des entreprises déclarent avoir établi des programmes de rémunération liés à la performance et 62% mentionnent la mise en place de programmes de développement et de renforcement des compétences.
Enfin, les entreprises interrogées ont été moins nombreuses à faire part de projets de relocalisation ou de développement de leur production hors de Chine pour les cinq prochaines années (10% en 2008 contre 17% en 2007). On constate également qu’une proportion plus élevée d’entreprises (28% contre 13% en 2007) se déclarent "neutres" lorsqu’on leur demande si elles estiment que la Chine est en train de perdre son avance concurrentielle par rapport à d’autres pays à faibles coûts tels que l’Inde ou le Vietnam.

*La seconde enquête annuelle "China Manufacturing Competitiveness" a été conduite par la Chambre de commerce américaine de Shanghai (AmCham Shanghai), en coopération avec le cabinet de conseil en stratégie Booz & Company. Entre les mois d’août et septembre 2008, 108 entreprises industrielles ont été questionnées sur leur perception de la Chine en tant que marché intérieur et pôle de production industrielle.