Mon compte Devenir membre Newsletters

"Certaines entreprises n'excluent plus de placer à la tête des directions achats des profils non-acheteurs"

Publié le par

Rencontre avec Luc Mora, consultant associé et cofondateur du cabinet Big Fish.

'Certaines entreprises n'excluent plus de placer à la tête des directions achats des profils non-acheteurs'

Comment évolue aujourd'hui le profil de l'acheteur ?

Ce qui était, il n'y a pas si longtemps, un "plus" est devenu un prérequis indispensable : être ingénieur de formation, avoir fait une école de commerce et finalisé son cursus avec une spécialisation achats sont désormais des éléments incontournables. Cette tendance est la même pour les directeurs des achats, ce sont aujourd'hui des professionnels avec une vraie compétence dans le domaine de l'achat, et non des managers au caractère bien trempé présents pour faire le forcing sur les fournisseurs.

Cette structuration du profil des acheteurs est-elle une bonne chose ?

Assez paradoxalement, alors que la professionnalisation s'est affirmée, certaines entreprises élargissent le spectre de leur recrutement et n'excluent plus de placer à la tête des directions achats des profils non-acheteurs. On recherche désormais des influenceurs qui pilotent les services achats en s'appuyant sur les compétences techniques de leurs équipes. En se structurant, en banalisant les spécialisations achats, l'infiltration et l'exfiltration vers d'autres services deviennent possibles.

Pensez-vous que nous assistons à un rééquilibrage des forces entre fournisseurs et donneurs d'ordres ?

Ce qui prime aujourd'hui, c'est la relation de confiance avec les fournisseurs. L'approche est désormais collaborative et cela explique notamment le fait que les directions achats peuvent maintenant être confiées à des non-acheteurs. La compétence comportementale devient indispensable, il faut savoir faire preuve de diplomatie et de sensibilité dans les rapports humains. Nous assistons à la fin de la "brutalité" des acheteurs. Même si certains vieux réflexes demeurent, la montée en maturité de la profession est évidente.