Mon compte Devenir membre Newsletters

Au Québec, on fait de “l'appro” responsable...

Publié le par

Grande première ! Le baromètre de l'approvisionnement responsable – comprenez achats – a été lancé le 12 décembre par l'Espace québécois de concertation sur les pratiques d'approvisionnement responsable (Ecpar).

Au Québec, on fait de “l'appro” responsable...

Conçu selon la méthodologie retenue par les auteurs du baromètre des achats responsables HEC/Ecovadis (1), ce premier baromètre québecois a été réalisé par l’Espace québécois de concertation sur les pratiques d’approvisionnement responsable (Ecpar) en collaboration avec l’École des Sciences de la gestion de l’UQAM (ESG UQAM) et l’Observatoire de la consommation responsable du Québec.

Il a été lancé le 12 décembre à Montréal en présence de Steven Guilbeault, cofondateur et directeur général adjoint d’Équiterre, d'Olivier Menuet, directeur achats durables de la SNCF, d'Anne-Marie Saulnier, directrice de l’Ecpar et d’Hélène Olland, chercheuse responsable du Baromètre à l’ESG UQAM.

Le baromètre de l’approvisionnement responsable – édition Québec 2012  est un projet de l’Ecpar. Il est le fruit de l’adaptation au contexte québécois d’un outil déjà existant : le baromètre européen des achats durables. Son objectif est de procurer aux parties prenantes intéressées un outil mesurant objectivement la situation en matière d’approvisionnement responsable au Québec.

Soixante-et-une organisations québécoises ont accepté de participer à cette étude, soit un taux de réponse de 19 %. S’agissant de la première version d’une étude portant sur un sujet nouveau et complexe, les constats qui en sont tirés sont jugés préliminaires. Ils pourront être confirmés dans les prochaines versions du baromètre avec un plus grand nombre de répondants.

Constats de l'étude

  • 82 % des organisations jugent l’approvisionnement responsable critique ou important ; il occupe la cinquième position au rang des priorités des divisions achats.
  • Les valeurs morales de l’organisation, la conformité réglementaire et l’image de marque sont les principaux moteurs qui poussent à l’action.
  • Amorcé depuis plus de trois ans, l’approvisionnement responsable est pratiqué par 66 % des organisations québécoises.
  • Plus de 50 % formalisent leur démarche par le biais d’une politique d’approvisionnement responsable, 63 % forment leurs acheteurs.
  • Au moins 33 % se sont dotées d’indicateurs de performance.

Au moins 30 % pratiquent la reddition de comptes, et 70 % ont mis en oeuvre des pratiques visant les produits :
— Le papier d’impression, les cartouches d’encre, le mobilier de bureau et le papier hygiénique sont les produits les plus visés ;
— Les certifications de produits les plus utilisées sont EcoLogo, Energy Star, Forest Stewardship council (FSC) et Green Seal.

68 % ont mis en oeuvre des pratiques visant les fournisseurs :
— Les fournisseurs de biens dits stratégiques et les fournisseurs ayant un impact sur l’environnement sont davantage considérés par ces organisations ;
— Les certifications fournisseurs les plus utilisées sont la norme ISO 14001 portant sur les systèmes de management environnemental, et la certification forestière FSC qui s’applique tant aux produits qu’aux fournisseurs.

Les critères environnementaux sont la priorité :
— Ils sont intégrés à plus de 80 % des pratiques visant les fournisseurs ;
— Ils sont intégrés à plus de 50 % des pratiques visant les produits et services courants.

(1) Lancé en 2007 par Olivier Bruel, Olivier Menuet et Pierre-François Thaler, ce baromètre paraît tous les deux ans. Le baromètre des achats responsables HEC / EcoVadis 2013 est en cours de préparation.