En ce moment En ce moment

Infographie Duty of care : les défis à relever!

Publié par le

Stressants, les voyages d'affaires sont source d'inquiétude et de vulnérabilité pour les collaborateurs, qui, selon les pays, doutent plus ou moins de la capacité de leur entreprise à les aider dans les situations d'urgences.

  • Imprimer

Les voyages d'affaires augmentent et devraient, selon GBTA, atteindre 1,6 trillions de dollars d'ici 2020. Mais cette augmentation s'exerce dans un contexte de risques élevés tant au niveau géopolitique qu'en termes d'incidents climatiques que d'attaques terroristes d'où le besoin pour les entreprises d'être en mesure d'intervenir rapidement pour porter assistance à leurs collaborateurs en déplacements susceptibles de se trouver en situation dangereuse. En effet, le devoir de protection, autrement dit le Duty of care, des entreprises n'a jamais été aussi important.

Dans ce contexte, l'infographie ci-dessus présentant les résultats de l'étude menée par SAP Concur en collaboration avec Innofact auprès de 5 500 salariés en France, Allemagne, Royaume-Uni, Afrique du Sud et Pays-Bas, est révélatrice. Si la majorité des répondants sait qui contacter au sein de l'entreprise en cas de danger au cours d'un déplacement d'affaires, les salariés français sont les moins confiants quant à la capacité de leur entreprise à leur porter assistance (48% seulement). Un constat qui pose question puisqu'en parallèle l'étude révèle que les voyageurs d'affaires français sont les plus nombreux à déclarer avoir déjà été confrontés à une situation à risques (inondations, émeutes, attaque terroriste, tremblement de terre , etc.) et parmi ces répondants 28,5% indiquent ne pas avoir été contactés du tout par leur entreprise au cours de ces événements. Un point rassurant tout de même: ceux qui ont été contactés par leur entreprise se disent dans une grande majorité satisfaits ou très satisfaits de l'assistance apportée.

Le devoir de protection et d'assistance des entreprises envers les collaborateurs voyageurs est largement connu des salariés, tous pays confondus. En revanche le niveau d'information est loin d'être homogène et suffisant. Ainsi, seuls 1/4 des répondants français disent recevoir une information proactive sur le programme de gestion des risques de leur entreprise. Ce qui, ajouté à l'impact négatif de l'actualité, fait grandir l'appréhension des voyageurs d'affaires. En réaction, 27% des entreprises au Ropyaume-Uni, 28% en Afrique du Sud et 23% en France, ont choisi de réduire les déplacements professionnels ou d'investir dans un outil de gestion des risques.


la rédaction

La rédaction vous recommande

Par AirPlus

Avec la multiplication des deplacements professionnels la gestion des depenses devient un reel enjeu pour les entreprises Vous cherchez une [...]

Sur le même sujet