Mon compte Devenir membre Newsletters

Les achats durables : encore et (toujours) un problème d'indicateurs

Publié le par

Page 2 sur 2

Les achats durables : encore et (toujours) un problème d'indicateurs

Des objectifs de performance RSE liés à la variable?

En ce qui concerne les indicateurs de performance, près de 60% des acheteurs n'ont pas d'objectifs annuels en lien avec la RSE (impacts sociaux, environnementaux, etc...). Il paraît difficile d'avoir des indicateurs de performance quelque soit le périmètre d'achat. En effet, cela dépendra une fois encore de la cartographie de risques établie. Les objectifs et donc la performance seront définie au cas par cas.Il existe néanmoins quelques indicateurs trans périmètre tel que le délai de paiement, la couverture des fournisseurs via audit, le % du montant des achats réalisé avec un réel TCO (prenant en compte les externalités RSE).

Mais dans les cas où ces indicateurs de performance existent, ils concernent en premier lieu les fournisseurs (à 60%), suivi des impacts environnementaux (53,3%). Mais dans les entreprises où les acheteurs ont des objectifs annuels avec des critères environnementaux ou sociaux comme chez Hachette,cela peut concerner de 5 à 10% du variable pour le directeur achat direct et l'équipe encadrant , soit la direction technique (15 personnes). Les objectifs individuels portent généralement dans un premier temps sur le respect règlementaire, la présence de critères RSE dans les appels d'offres et de clauses RSE dans les contrats... avant d'être plus proactifs (par exemple pilotage de plans de progrès de fournisseurs).

Des achats en première ligne

Enfin, à la question : mettez-vous en place des plans de progrès RSE grâce à ces indicateurs (en interne ou chez les fournisseurs)?, la majorité (55,6%) répondent "parfois", 37% "jamais" et seulement 7,5% "toujours" ou "souvent". "On est moins dans une démarche d'amélioration continue mais plutôt dans une démarche opportuniste", suggère Jean-François Cognet, directeur des achats France chez Orange Business Services.

C'est un fait, une politique d'achats responsables englobe tout ou partie des acteurs de l'entreprise. Mais à la question : quand vous pratiques des audits ou des évaluations fournisseurs, vos clients internes sont-ils partie prenante? Seulement 16% répondent "toujours", comme chez Hachette, les résultats des audits et des plans de progrès sont partagés avec les fournisseurs et les prescripteurs interne.

Mais 36% des sondés partagent "parfois" ou "jamais"pas avec leurs clients internes les audits réalisés auprès de leurs fournisseurs. Et dans la majorité des cas, beaucoup d'entreprises ont choisi de sous-traiter ces audits RSE à des sociétés spécialisées (type Ecovadis). D'autres comme la société Urgo font réaliser leurs audits par des sociétés comme Intertek mais font vérifier la bonne réalisation de ces audits par des visites sur site de ses acheteurs. De même, Parexlanko compte 17 acheteurs en Chine, spécialisés notamment dans les audits fournisseurs.

Bonne nouvelle : les achats apparaissent moteur sur le développement durable. Ainsi, le développement des pratiques RSE est motivé par la direction achats (à 71,5%), à 42,9% par le développement durable (ou fonction transverse équivalente) et enfin à 39,3% par la direction générale.