En ce moment En ce moment

DossierFaut-il oser le groupement d'achats?

Publié par le

1 - Créer ou rejoindre un groupe d'achats?

Rejoindre un groupement existant, ou le créer, soulève plusieurs interrogations: le choix du statut juridique (dans le cadre d'une création), le mode de gouvernance, l'implication des acheteurs dans le processus, la concurrence entre les entreprises membres, etc.

Parfois confondus, à tort, avec les centrales d'achats, les groupements (ou consortiums) associent au capital leurs membres et bénéficiaires. Les relations entre ces derniers sont régies par une charte ou un règlement intérieur.
Dans ce cadre, un contrat est passé entre plusieurs donneurs d'ordres du groupement et un fournisseur, via le mandataire, qui gère momentanément une mission d'achats pour un nombre bien défini de clients.
Reste que rejoindre un groupement existant, ou le créer, soulève plusieurs interrogations: le choix du statut juridique (dans le cadre d'une création), le mode de gouvernance, l'implication des acheteurs dans le processus, la concurrence entre les entreprises membres, etc.

Lire aussi: Le Cèdre entreprises, le dernier-né des centrales achats

L'aéronautique européenne regroupée autour d'un hub de commandes
Dans le secteur aéronautique et défense -avec Airbus Group, Safran, Thales et Dassault- la plateforme AirSupply de Boost­AeroSpace couvre les échanges supply chain entre les entreprises et leurs fournisseurs (plans d'approvisionnement, commandes, avis d'expédition, réception, auto-facturation...). "Les industriels ne se regroupent pas pour négocier des quantités plus importantes, mais pour offrir un canal de communication commun aux fournisseurs", précise Pierre Faure, président de Boost­Aero International. Initiée en 2005, cette infrastructure a pour objectif d'homogénéiser les processus supply chain pour gagner en productivité, d'optimiser les modes d'approvisionnement et donc la gestion des stocks et des délais. Pour minimiser les délais, l'acheteur envoie son plan d'approvisionnement exprimé selon deux horizons: l'un flexible -incluant un certain engagement- et l'autre prévisionnel. Le fournisseur peut alors lancer ses achats de matières premières et de produits semi-finis en amont, puis finaliser la production et son expédition à réception de l'appel du client. "La collaboration sur le prévisionnel permet d'augmenter le niveau de confiance entre les parties, de réduire les délais et d'optimiser les stocks de sécurité et donc, de ménager le besoin en fonds de roulement", précise Samy Scemama, responsable du management technique des standards BoostAero.


Véronique Méot, dossier réalisé par Dalila Bouaziz.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet