Mon compte Devenir membre Newsletters

DossierComment mesurer la valeur créée par les achats responsables et durables

Publié le par

3 - La cash-flow, pour mesurer l'ensemble des flux

Si le TCO mesure parfaitement la réduction des coûts issues des décisions de l'acheteur, il ne prend pas en compte les autres formes de création de valeur. Pour cela, il faut utiliser le cash-flow...

Le TCO, nous l'avons vu, est affaire de coûts. Sa variation nous semble être un indicateur pertinent pour mesurer la réduction des coûts issue d'actions et de décisions de l'acheteur. En revanche, il n'est pas adapté pour comptabiliser les autres formes de création de valeur, telle que la revente de matière première à d'autres entreprises.

Nous proposons donc d'utiliser un outil financier, construit pour comptabiliser les dépenses autant que les recettes et prenant automatiquement en compte la notion de temps (actualisation), donc de cycle de vie. Il s'agit du cash-flow de l'acheteur, c'est-à-dire le flux dont les dépenses et les recettes sont liées aux décisions de l'acheteur. Tous les coûts (dépenses) identifiés grâce au TCO sont incorporés au cash-flow sous forme de cash-out positionné dans le temps. Quant aux recettes - cash-in -, elles se composent de la vente de matière première issue des déchets, de la valeur résiduelle du produit en fin de vie et de façon plus globale, de l'accroissement du chiffre d'affaires.

Dernier point important du cash-flow, il permet de prendre en compte la notion de risques achats et coûts des couvertures associées, donc de relativiser la création de valeur potentielle de l'acheteur. Ces deux outils, TCO et cash-flow, permettent d'évaluer la création de valeur par les ARD, mais se heurtent à leurs limites, qui sont celles de se concentrer sur les seuls flux.

On complétera cette approche en estimant le potentiel d'accroissement du cours de bourse de l'entreprise, du fait de la contribution des ARD à l'amélioration de la notation extra-financière (Vigeo, FTSE4Good), et en prenant en compte la valorisation de certains actifs. Ceux-ci, dans le cas des achats, sont essentiellement immatériels, qu'il s'agisse de la base fournisseurs, de la valeur de la relation fournisseurs/client ou encore de la contribution des ARD à l'image de l'entreprise. Malgré une valorisation difficile et compliquée, ce capital immatériel représente une composante majeure de la pérennité d'une entreprise. Être en mesure d'en déterminer les impacts économiques constitue un avantage stratégique.

Sourcing en Chine : comment acheter sereinement ?

Le report de la loi sur l'accessibilité handicap : la trève du casse-tête des commerçants ?