Mon compte Devenir membre Newsletters

La performance achats dans 20 ans selon les étudiants de l'EMLyon

Publié le par

Dans le cadre des 20 ans de Décision Achats, la rédaction a souhaité recueillir le point de vue des acheteurs de demain, qui sont aujourd'hui étudiants dans les plus grandes écoles. Les étudiants de l'EMLyon se sont penchés sur la performance achats.

La performance achats dans 20 ans selon les étudiants de l'EMLyon

Les systèmes de performances achats reflètent la vision qu'ont les dirigeants de la fonction achats. S'interroger sur l'évolution de leurs systèmes d'évaluation dans les prochaines décennies revient à anticiper sur les visions futures de l'entreprise, dont les dirigeants seront les porteurs.

Le critère du coût dépassé

Le premier constat révèle un paradoxe : malgré la diversité des degrés de maturité achats entre les entreprises, leurs indicateurs d'évaluation de performance restent proches. Le triptyque "qualité / coût / délai" continue à recueillir les faveurs des praticiens, et ce, malgré des limites reconnues ; il semble en effet impossible d'évaluer la contribution des achats à la stratégie de l'entreprise à partir de critères aussi opérationnels. La focalisation sur l'unique critère de coût - essentiellement sur les prix fournisseurs - est plus particulièrement dénoncée. Les effets pervers générés par la seule obsession des prix finissent par dépasser leurs gains apparents.

Une orientation plus stratégique

Plusieurs pistes d'évolution des indicateurs de performances sont identifiées, et certaines sont mises en oeuvre à des degrés divers. La première piste complète ceux à court terme par d'autres, plus stratégiques, tels les programmes d'excellence opérationnelle, et, au-delà, la contribution à l'innovation. Il s'agit de renforcer la résilience de l'entreprise en générant une croissance durable. La seconde solution intègre des critères portant sur les ressources mises en oeuvre (les "enablers") : pertinence des processus, qualité des RH, ergonomie des SI, intégration des outils de reporting financier. À trop se focaliser sur les résultats, on en oublie les moyens qui permettent de les atteindre.

Cet approfondissement des systèmes d'évaluation s'accompagne de leur élargissement. La fonction achats ne constitue pas un but en soi, mais un support permettant aux entités de l'entreprise d'atteindre leurs objectifs. D'où des critères portant sur la perception de la fonction dans l'entreprise : les unités opérationnelles et fonctionnelles sont les mieux placées pour évaluer la qualité du service rendu par les acheteurs (délais, réactivité, litiges...). Les difficultés rencontrées pour mesurer la satisfaction des prescripteurs internes sont encore plus grandes vis-à-vis des fournisseurs, en tant que parties prenantes de "l'entreprise étendue". Les enquêtes de satisfaction réalisées auprès de ces derniers sont encore trop rares et partielles pour orienter les actions des achats.