Mon compte Devenir membre Newsletters

[Métier] Nouvelle génération d'acheteur, nouvelles méthodes

Publié le par

Hyperconnectés, adeptes de l'économie collaborative et du fonctionnement en mode projet, les acheteurs millennials bousculent les codes métier et poussent les organisations achats à évoluer.

[Métier] Nouvelle génération d'acheteur, nouvelles méthodes

Etes-vous prêts à accueillir les acheteurs millennials? Tel était le thème de la table ronde d'ouverture de la partie e-achats du Salon Solutions qui se tenait porte de Versailles du 26 au 28 septembre dernier. Béatrice Lamourette (Axiscope), Eric Dubrac (Performance Achats), Fabrice Ménelot (Crop&co) et Julien Nadaud (Determine), qui ont chacun développé ou fait évoluer des solutions afin de mieux correspondre aux nouvelles exigences métier, ont tenté de définir quel sera l'impact des millennials sur l'organisation de la fonction.

Si les solutions e-achats collaboratives, les réseaux sociaux BtoB et les plateformes d'innovation partagée se développent c'est évidemment pour répondre au besoin des entreprises de gagner en réactivité et en efficacité mais aussi parce que la nouvelle génération d'acheteurs qui arrive sur le marché n'a pas la même vision ni les mêmes aspirations métier. "Les millennials ont des attentes fortes vis-à-vis de l'entreprise et sont avant tout en quête de sens", annonce d'entrée de jeu Béatrice Lamourette, co-fondatrice d'Axiscope, solution achats collaborative fédérant acheteurs, prescripteurs et fournisseurs autour de projets. Ils n'abordent pas l'entreprise comme leurs aînés avec un plan de carrière mais en mode projet et privilégient le travail d'équipe, la collaboration. Et si la fonction achats attire pour sa transversalité, dans la réalité les organisations fonctionnent encore beaucoup en silos et s'adaptent mal à ces méthodes de travail. "Il va falloir que les organisations et les outils s'adaptent à cette nouvelle approche basée sur le partage hyperconnecté", estime Béatrice Lamourette.

Au décalage organisationnel s'ajoute un décalage temporel. Tout comme ils se heurtent à l'aspect compartimenté de l'entreprise, les millennials acceptent mal les lenteurs procédurales. "Un projet qui va mettre 18 mois à sortir de terre a tendance à décourager les acheteurs millennials", indique Eric Dubrac, directeur général de Performance Achats. Génération de la mobilité et de l'instantanéité, ils sont également très volatiles. "Ils sont capables de quitter une entreprise du jour au lendemain sans passage de témoin au bout de 2 ans seulement, prévient Béatrice Lamourette. Ce qui à l'échelle des achats est tout de même très court". Gare donc à la transmission du savoir-faire et à mieux partager les responsabilités. Alors que la plupart des entreprises s'interrogent sur la meilleure façon de retenir ces talents Fabrice Ménelot, ancien acheteur, expert en organisations achats et fondateur de Crop&co, se demande, lui, pourquoi vouloir les retenir absolument? "Ces acheteurs projets sont très performants parce qu'ils sont motivés par un objectif qu'ils ont choisi mais le seront-ils sur la durée? Mieux vaut faire évoluer le management et les méthodes de travail".

Et donc passer d'une logique de contrôle à une logique de partage. Pas si simple selon Eric Dubrac qui a travaillé avec de jeunes acheteurs à l'élaboration d'un nouveau cahier des charges pour faire évoluer sa solution. Il en ressort une plateforme de mutualisation des achats avec notamment des catalogues enrichis de vidéos. Génération YouTube oblige. "Mais si les acheteurs poussaient à l'adoption de cette solution, il nous aura fallu du temps avant d'être entendu par les directions achats", souligne-t-il. Et pourtant si "les attentes divergent entre les personnes en responsabilité et les jeunes embauchés, ils poursuivent la même finalité c'est-à-dire avancer plus vite et mieux", constate Julien Nadaud de Determine.

A lire aussi : Manager ses achats en quelques clics