Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] La pérennité des entreprises dépend aujourd'hui de la gestion de leurs risques

Publié le par

La gestion des risques permet de diminuer considérablement leurs coûts associés. Un exemple: les responsables QHSE (qualité, hygiène, sécurité, environnement) considèrent réduire de 15 à 20% le montant des assurances.

[Tribune] La pérennité des entreprises dépend aujourd'hui de la gestion de leurs risques

Pour assurer son bon développement, l'entreprise doit éviter les accidents de parcours. Et ceci dans une économie de plus en plus tendue et qui enregistre de plus en plus de risques : liés aux conséquences environnementales, à la prolifération de contraintes réglementaires, aux risques liés à Internet et à la propagation des informations et données... La gestion de ces risques devient pour les entreprises un enjeu majeur pour simplement pouvoir continuer leur déploiement. Certaines vont plus loin et en font un axe stratégique de développement.

Selon l'étude de l'Association pour la gestion des risques et des assurances (AMRAE) et Accenture, si, jusqu'à maintenant, c'étaient les directions des risques qui émettaient des appels d'offres (89%), aujourd'hui les demandes émanent de plus en plus des directions avec un bond de 5 à 47% des appels d'offres disponibles sur le marché (février 2015).

Une entreprise qui investit dans une gestion de ses risques est une société qui pérennise son avenir

Les récents événements nous font penser aux catastrophes naturelles et aux attentats. Les risques possibles sont encore plus multiples : risques naturels, risques industriels, risques liés à la sécurité des personnes au travail, risques financiers, risques technologiques, cyber-risques, risques liés aux détournement d'informations (intelligence économique)... Concrètement ce sont des inondations, c'est un accident industriel, c'est une procédure du droit du travail qui n'est pas respectée, c'est un associé qui part avec les clients, c'est un entrepôt qui brule, ce sont les données des clients piratées...

Une entreprise qui investit dans une gestion de ses risques est une société qui pérennise son avenir en anticipant au maximum ce qui pourrait enrayer ou entraver son développement.

Une stratégie de gestion des risques va permettre de les identifier, de mettre en place des actions pour les réduire, de gérer et diminuer leur coût financier, d'intégrer une politique de gestion de crise car le zéro risque n'existe pas.

Contexte économique actuel : la prolifération des risques pour les entreprises

Les grandes tendances, la protection de l'environnement, la nécessité d'avoir une politique de cyber-sécurité pour protéger les données confidentielles, de l'entreprise, de ses clients, la nécessité de se mettre continuellement en conformité avec les multiples nouvelles règlementations notamment autour des salariés, forcent les entreprises, pour qu'elles puissent assurer la continuité de leur existence, à identifier et financer leurs risques opérationnels.

D'autant plus que les compagnies d'assurance se protègent et tentent de financer le moins possible les risques car elles-mêmes doivent absorber l'explosion de risques à couvrir : aussi bien de grandes envergures (catastrophes naturelles qui se multiplient, attentats...) que de nombreux liés à des découvertes et à l'émergence des nouveaux risques. Par exemple, si un lien est fait des années après un incident industriel avec l'apparition de maladies.

Les bénéfices d'une gestion du risque efficace

Une gestion des risques bien organisée va assurer la pérennité de l'entreprise et générer de véritables bénéfices en terme de ressenti humain autour de la sécurité au travail, autour des actions sociétales mises en place au niveau environnemental, autour des missions menées pour développer le bien-être au travail et bien sur au niveau de l'image de l'entreprise. La gestion des risques permet de diminuer considérablement leurs coûts associés. Un exemple, les responsables QHSE (qualité, hygiène, sécurité, environnement) considèrent réduire de 15 à 20% le montant des assurances.

1 - La continuité l'activité en cas de sinistre

En cas de sinistre, seules les entreprises qui auront bien anticipé pourront y pallier. Elle auront des assurances pour couvrir les frais ou auront une réserve d'argent et les ressources - procédures, équipe dédiée "cellule de crise", porte-parole en communication - permettant de gérer la situation. Elles se seront organisées et déploieront leur stratégie de communication de crise.

Grâce à cette organisation en amont, l'entreprise sera à même de préserver les emplois et de continuer son activité.

2 -La réduction des coûts

Aujourd'hui, mettre en place une gestion des risques c'est, dans un premier temps, les avoir identifiés et d'en avoir budgété le coût financier. La mise en place d'un plan de traitement des risques permet de les diminuer, ce qui assure une sécurité pour l'entreprise et ses salariés, mais aussi permet de renégocier les contrats d'assurance à la baisse.

3 -La motivation des équipes car les conditions de travail sont revalorisées

Au-delà des aspects légaux et de prévention des imprévus, la gestion des risques devient un pilier de l'entreprise sur lequel elle s'appuie pour se déployer : en apportant de meilleures conditions de travail à ses équipes, elle contribue à leur sécurité et... à leur motivation et efficacité.

4- L'image extérieur de l'entreprise est valorisée

En communicant sur leur stratégie des risques, notamment sur les actions faites au niveau environnemental et de la protection des salariés, l'entreprise est perçue par ses clients, ses partenaires, et ses équipes comme une entreprise fiable, pérenne, respectueuse de valeurs morales sociétales. Sa pérennité est concrètement assurée par la réduction effective des risques. Elle est assurée également par la confiance qu'elle génère auprès de ses clients, partenaires et équipes.

Des études montrent que les entreprises qui réalisent le contrôle de leur performance opérationnelle et qui ont adopté une approche proactive de gestion des risques créent généralement plus de valeurs pour les actionnaires que leurs concurrents.

Lire la suite en page 2 - Les 5 étapes d'une bonne stratégie de réussite