Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] Gestion du risque et performance achat

Publié le par

Les achats devraient appliquer une méthodologie particulière qui implique de détecter les dysfonctionnements et les risques, de les analyser, d'en déterminer leur importance et leur impact sur la performance à venir et de les garder sous contrôle à l'aide d'indicateurs pertinents.

[Tribune] Gestion du risque et performance achat

Depuis 2007, des scandales financiers, mettent en cause la qualité et la sincérité des résultats d'entreprises de rang mondial, et soulignent l'incohérence des gouvernances de gestion au sein de ces entreprises. Les pouvoirs publics ont ainsi été amenés à renforcer le cadre règlementaire de la production et de la viabilité des résultats financiers.

Sous peine de sanctions fortes, les entreprises sont de plus en plus contraintes à suivre et à respecter des cadres de référence proposés par les instances financières, les agences de notation ou de leurs propres actionnaires. Les processus amont de création d'information financière font, de plus en plus, l'objet d'exigences de rigueur et de transparence (Loi sur la sécurité financière européenne LSF 2003 par ex ou le COSO américain). Le contrôle financier ne s'arrête donc plus aux frontières historiques de la comptabilité et de la finance, mais implique de plus en plus le processus achat dans sa globalité.

La maîtrise de la qualité du processus d'engagements externes se révèle garantir la solidité des informations produites en identifiant les événements susceptibles de compromettre l'atteinte des objectifs fixés. Et ce, en incitant les directions opérationnelles à démontrer leurs capacités à prendre des mesures actives et correctives permettant d'atténuer les niveaux de risques liés aux activités achats. Le pilotage du risque s'installe donc de manière durable dans l'exercice de la fonction achat.

Qu'est-ce qu'un risque ? Selon une approche prosaïque, un risque est la probabilité qu'un événement puisse menacer les activités ou les actifs de l'entreprise (matériels ou immatériels) et l'empêcher de réaliser ses objectifs et sa stratégie à long terme.

Pourquoi est-il question de pilotage ? Le pilotage du risque correspond à la mesure et à la gestion de l'exposition à une perte donnée pour un degré d'incertitude donné. Il importe donc, d'identifier l'ensemble des contraintes (économiques, sociales, politiques ou environnementales) qui pourront potentiellement impacter (positivement ou négativement) la réalisation des objectifs, pour ensuite les classifier en fonction de leur impact potentiel sur la réalisation de l'objectif. Ce qui permettra la mise en place d'indicateurs de surveillance d'éléments et d'événements les plus impactant, et donc permettre un suivi quasi-automatique des facteurs d'incertitude.

Au-delà de la bonne gestion des activités conduites par la fonction achat, l'identification et le pilotage du risque permet d'en comprendre l'origine et la nature afin de mieux la délimiter. Mais aussi de pouvoir rapidement capter les signaux faibles d'événements probables.

Pour faire court, piloter l'ensemble des informations relatives à l'environnement de l'entreprise et aux interactions macro-économique constitue le support idéal pour assurer une bonne maîtrise des facteurs susceptibles de perturber la réalisation des objectifs.

Ce processus dynamique permet aux entreprises et aux entrepreneurs de s'adapter aux évolutions de leur biotope et faire face aux incertitudes de ces variations multiples qui interviennent de façon ponctuelle ou simultanée.

Lire la suite en page 2 et 3 : Piloter les risques : un enjeu de pérennité - L'origine du risque et impact sur la fonction achat ? et En quoi la fonction achat a-t-elle un rôle majeur à jouer dans la gestion des risques ?