Mon compte Devenir membre Newsletters

Revue de presse achats (semaine du 27 février au 3 mars)

Publié le par

Vous n'avez pas eu le temps de lire la presse, de naviguer sur le Web, cette semaine? Voici une petite synthèse des actualités qui touchent les achats.

Revue de presse achats (semaine du 27 février au 3 mars)

A400M: Airbus souhaite renégocier son contrat avec l'armée

Face au difficultés rencontrées par l'avion de transport militaire A400M, Tom Enders, président du conseil d'administration d'Airbus, a adressé une lettre à ses États clients demandant une renégociation sur le calendrier, les pénalités, les rétentions de paiement et les spécificités. Mais le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ne voit pas les choses de cette manière. Les ministres renvoient Airbus à l'organisme Occar, le groupement européen qui pilote le programme. Continuez de travailler, messieurs, l'avion sera un succès : tel est, en clair, le message du ministre, alors que l'avion, unique dans sa catégorie, fait ses preuves dans la logistique de la bande sahélo -saharienne.

> Lire l'article sur le site des Échos: "A400M : l'avertissement de Jean-Yves Le Drian à Airbus"

Hamon veut favoriser les PME dans l'accès aux marchés publics?

En meeting à Paris, jeudi 2 mars, Benoît Hamon a mis en avant sa volonté de privilégier les PME françaises dans l'accès à la commande publique, sans toutefois préciser quelle proportion des marchés publics leur serait réservée. Le porte-étendard du PS reprend ainsi une idée développée par son ancien adversaire à la primaire, Arnaud Montebourg, qui a depuis rejoint son équipe de campagne en tant que chargé des relations internationales. À l'époque de la primaire, Arnaud Montebourg avait proposé de réserver 80% des marchés publics aux PME implantées en France, et ce pendant huit ans. "Je veux créer (...) un écosystème favorable à l'initiative privée, où on accompagne les entrepreneurs mais où on se préoccupe aussi de faire en sorte que ces grands investissements (...) permettent d'opérer le tournant (...) vers une économie plus verte, plus propre, c'est fondamental", a déclaré Benoît Hamon.

> Lire l'article complet sur Bousorama.com

Les bonnes pratiques pour réduire ses délais de paiement

Un groupe de travail animé par la Médiation des entreprises, AFNOR compétences et le cabinet CODINF, vient de formuler 15 recommandations qui ont pour objectif de construire une relation équilibrée et durable entre les entreprises et leurs fournisseurs et de s'inscrire ainsi dans une relation partenariale fondée sur le " gagnant gagnant " avec leurs fournisseurs.

> Lire l'article sur le site de La Revue Fiduciaire

Le groupe Casino soutient la filière pèche

Plusieurs acteurs majeurs de la grande distribution dont le groupe Casino, présidé par Jean-Charles Naouri, ont décidé de poursuivre leur soutien aux pêcheurs français à travers leur engagement au sein de l'association France filière pêche, qui rassemble quelque 2 400 entreprises, soit 70% de la production française. Au niveau financier, la contribution de la grande distribution atteint les 68,2 millions d'euros pour les quatre prochaines années et permettra de soutenir la communication du secteur tout en encourageant les bonnes pratiques de la pêche française.

> Lire l'article complet sur le site de Dynamic-mag

Zoom sur le sourcing dans la commande publique

Me Marie Lhéritier, du cabiner Lhéritier Avocats, revient dans une tribune sur l'encadrement juridique du sourcing dans le domaine des achats publics. Par ailleurs, un article paru sur le site FranceMarches.com revient en détail sur la pratique du sourcing dans les achats publics.

> Découvrez ici la tribune "Le sourcing: mode d'emploi"

> Lire l'article sur FranceMarches.com: "Comment mieux communiquer avec les acheteurs : la démocratisation du sourcing"

Loi Sapin II: attention à l'obligation de mise en concurrence en matière d'occupation du domaine public

Me Olivier Ortega, avocat associé chez LPA-CGR, alerte les acheteurs publics sur les modifications touchant à la commande et aux contrats publics introduites par la loi Sapin II. Il revient notamment dans cette interview sur l'article 34 de cette loi, qui prévoit une ordonnance relative aux règles d'occupation et de sous-occupation du domaine public.

> Lire l'interview sur le site Achatpublic.inco (sur abonnement): "Propriété publique : vers une mise en concurrence obligatoire"

Négociations dans la grande distribution : la fin d'un modèle pour le p-dg de Système U

Avec l'actualité du salon de l'agriculture, les négociations annuelles entre distributeurs et fournisseurs devaient être clôturées le 1er mars au soir. Invité de BFM Business, le PDG de Système U, Serge Papin, a estimé sur ce point que le "salon cristallise les choses" alors que les négociations et en a profité pour critiquer le cadre législatif de ces négociations qui selon lui, " est la fin d'un modèle". En cause : la loi LME (loi de modernisation de l'Économie) de 2008 qui régit les relations fournisseurs-distributeurs. Pour le PDG de Système U, ces baisses de prix ont atteint leur limite. Elles sont même dangereuses.

> Lire l'article sur bfmbusiness.bfmtv.com : Pour le PDG de Système U, "il faut poser la question du prix responsable"

La Blockchain révolutionne les processus métier

La technologie Blockchain est annoncée comme une rupture profonde dans de nombreux secteurs industriels. Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur cette technologie, comme sur les perspectives de son intégration dans leurs processus métier. Eclairage sur les choix d'ores et déjà disponibles dans le respect de l'existant, pour un retour sur investissement immédiat et maximal et des risques contrôlés.

Les blockchains permettent également d'intégrer transferts, smart contracts, horodatages et signatures dans les processus métier. Toutes sont accessibles au moyen d'interfaces de programmation simples (des APIs). On considère aujourd'hui difficile de déplacer l'ensemble d'un processus métier vers une blockchain exécutable comme Ethereum, car les situations de retour à l'humain y sont très complexes à implémenter, même pour des cas simples, et les risques opérationnels induits par un code inaltérable et impossible à arrêter sont insupportables.

> Lire l'article complet sur le site GPO mag.fr

La rédaction