Mon compte Devenir membre Newsletters

La RSE motive peu les achats

Publié le par

47% des sondés projettent d'avoir des objectifs achats liés au développement durable ou RSE en 2017, soit une diminution de 7 points par rapport à 2016. Les directeurs achats sont les plus concernés par ce thème, puisque 57% d'entre eux ont des objectifs liés au développement durable ou à la RSE.

La RSE motive peu les achats

Selon l'étude annuelle AgileBuyer/X-Achats (lire l'article Les priorités des départements achats en 2017), 47% des sondés projettent d'avoir des objectifs achats liés au développement durable ou RSE en 2017, soit une diminution de 7 points par rapport à 2016. La RSE, responsabilité sociétale des entreprises, étant un concept à travers lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales et environnementales dans leurs activités et dans leur interaction avec leurs parties prenantes sur la base du volontariat.

"Depuis 2014, les réponses sur ce thème sont en "dents de scie", commente Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet AgileBuyer. "Alors qu'en 2014 et 2016 54% des entreprises se prononçaient en faveur d'objectifs développement durable et RSE, on constate un léger désintérêt en 2015 (45%)".


Quasiment tous les secteurs sont en baisse significative concernant les sujets développement durable ou RSE. Le secteur chimie, caoutchouc perd ainsi jusqu'à -18 points (56%) par rapport à 2016. Le secteur santé, action sociale revoit quant à lui cet objectif à la hausse, avec 55% (+3 points) de structures favorables tout comme le secteur transports/logistique, à 46% favorable (+17 points).


Pour trois secteurs d'activité, c'est un objectif clairement identifié : chimie, caoutchouc (56%), santé, action sociale (55%) et banque, assurance, communication/média (55%). Les directeurs achats sont les plus concernés par ce thème, puisque 57% d'entre eux ont des objectifs liés au développement durable ou à la RSE.


Le secteur public a majoritairement des objectifs liés au développement durable ou à la RSE, puisqu'il affiche 61% d'intérêt contre 46% dans le secteur privé. Ces chiffres sont à rapprocher de la préoccupation qu'ont les entreprises publiques en matière de gestion des risques fournisseurs. Quelques marchés publics, notamment ceux au-dessus de certains seuils, intègrent le respect des exigences RSE en guise de critère d'attribution.