Mon compte Devenir membre Newsletters

Quand les achats passent à la démat'

Publié le par

L'amélioration des processus d'achat et de la performance des services concernés nécessite l'adoption d'outils technologiques dédiés. Des plateformes spécialisées jusqu'au déploiement du lean purchasing, focus sur quelques-unes des principales solutions.

Quand les achats passent à la démat'

Annoncé en juin 2015, le déploiement de la suite e-achats Ivalua Buyer, interfacée aux ERP du groupe GKN, leader britannique sur le marché des composants automobiles et aéronautiques, va permettre à l'entreprise anglaise de centraliser l'ensemble de ses processus d'achat. Traitées dans différentes applications, tableurs et autres BDD, les données seront désormais disponibles au sein d'une plateforme unifiée entièrement intégrée. GKN bénéficiera ainsi d'une meilleure visibilité sur ses dépenses directes et indirectes, estimées à deux milliards d'euros.

L'outil devrait faciliter les process pour les 250 acheteurs qui sont en contact avec les quelque 6000 fournisseurs de l'entreprise. "Dans un contexte ­d'évolution constante de notre environnement, nous avons voulu nous associer à un partenaire en mesure de nous offrir un outil de gestion des dépenses innovant qui couvre l'ensemble des activités de notre département achat et qui soit doté de fonctionnalités standards, mais ­également modulables et suffisamment souples pour répondre à ­l'ensemble de nos besoins", a indiqué José Luis Sainz, VP direct commodity purchasing & strategic sourcing de GKN Driveline.

La 3e édition de l'enquête internationale Ivalua Décideurs Achats(1) révèle un état d'esprit propice au déploiement de solutions e-achats, telle que la plateforme intégrée par GKN. Les décideurs interrogés sont en effet 58% à estimer que leur intégration représente une opportunité de disposer d'outils qui évoluent au gré des transformations de l'entreprise et de leurs besoins. Ces progiciels sont également considérés comme étant plus compétitifs que ceux de première génération (25%), tandis que leur déploiement est jugé plus simple et plus rapide (17%). Au-delà de l'investissement qu'elles représentent, ces solutions permettent, aux dires des acheteurs, d'améliorer non seulement la ­qualité globale du service délivré, mais aussi d'en ­développer de nouveaux et de réhumaniser les relations fournisseurs.

D'ailleurs, d'après la 9e étude e-Achats 360° réalisée l'IMA (Ingénierie & management des achats, université Léonard de Vinci) et le cabinet Faits & Chiffres, dans le cadre du salon Solutions 2015, les directions des achats sont farouchement décidées à accélérer la mise en oeuvre ou la modernisation de leurs outils. Ainsi, à la question de savoir quels postes de dépenses seront consacrés à la modernisation du service des achats, l'acquisition ou l'évolution de progiciels est citée par 20% des personnes interrogées. Arrivent ensuite le recrutement et la formation aux outils (16%), l'intégration du SI (14%) et le conseil en SI achat (8%).

(1) Un questionnaire mêlant QCM et questions ouvertes a été administré par e-mail entre mai et août 2015 auprès d'un échantillon de directeurs des achats, supply chains, opérations, DSI, comptables et financiers de grandes entreprises internationales. 479 réponses issues de 321 entreprises ont été collectées et analysés.

La dématérialisation, un marché qui pèse cinq milliards

Markess estime à plus de 5,2 milliards d'euros le marché français des logiciels et services IT associés à la dématérialisation. Cela représente près de 15% de l'ensemble du marché des logiciels et services IT, qui a été évalué à 49,5 milliards d'euros par Syntec numérique pour 2014. Depuis plusieurs années, le secteur de la dématérialisation connaît une croissance dynamique et figure parmi les segments porteurs du marché des logiciels et services IT en France.

D'ici 2016, il devrait poursuivre sa progression au rythme de 7% par an et atteindre les 6 milliards d'euros. Les solutions en mode SaaS continuent à tirer le marché avec un taux de croissance annuel moyen à deux chiffres, entraînant aussi dans leur sillage d'autres formes d'externalisation, notamment le BPO.

>> Lire la suite en page 2.