Mon compte Devenir membre Newsletters

Les nouveaux habits de la fonction achats

Publié le par

Tandis que les chasseurs de coûts perdent du terrain, le directeur des achats devient un partenaire de confiance capable de générer de la valeur ajoutée et de prendre part à la stratégie globale de l'entreprise.

Les nouveaux habits de la fonction achats

"Le rôle du directeur des achats est déterminant et a une véritable incidence sur la performance ­globale de l'entreprise, déclarait Annette Clayton, directrice générale des opérations industrielles de Schneider Electric, en commentant la récente ­nomination de D.K. Singh comme directeur des achats du groupe. Nous nous réjouissons des perspectives qui s'ouvrent à nous et qui vont permettre de renforcer notre position concurrentielle sur les ­marchés que nous ­desservons. Nous allons continuer de nous appuyer sur les fondations déjà en place, afin d'adapter notre chaîne ­d'approvisionnement aux besoins de nos clients et de ­renforcer notre stratégie d'achat. Nous allons également nous appuyer sur notre écosystème des fournisseurs, puisque ces derniers nous aident à valoriser notre engagement vis-à-vis de nos clients." Une ­déclaration qui illustre à quel point la fonction achats a évolué au cours des ­dernières années, ainsi que la reconnaissance qu'elle a acquise.

Cap sur la compétitivité

La gestion des achats résulte d'un processus qui englobe, entre autres, l'écoute des besoins des clients internes, l'analyse des offres des fournisseurs, la ­négociation ou encore la gestion des risques. Désormais, les acheteurs ne veulent plus être assimilés à des chasseurs de coûts, mais entendent jouer un rôle-clé dans la ­compétitivité de l'entreprise. Un vrai virage ­stratégique.

Plusieurs enquêtes et rapports confirment cette tendance. La 4e édition de l'étude annuelle mondiale, publiée par Deloitte en avril 2015(1), révèle ainsi que près de 50% des directeurs des achats sont ­parties prenantes à la croissance de leur entreprise, en ­participant notamment à des ­opérations de ­fusions-acqui­sitions et en recherchant des innovations auprès des fournisseurs, afin de développer de nouveaux produits.

Les conclusions du rapport "Futurebuy: The Future of Procurement 25 in 25"(2) vont dans le même sens. KPMG International a interrogé 25 dirigeants et cadres supérieurs en leur posant trois questions: à quoi ressemblera la fonction achat en 2025 ? Comment cette évolution va-t-elle s'opérer ? Quels sont les facteurs de succès essentiels nécessaires à la réalisation de cette mutation ? S'il ­ressort que les achats resteront assimilés aux politiques de réduction des coûts, cette mission-là doit également permettre d'apporter de la valeur et pas ­seulement de tailler dans les dépenses dans une optique comptable.

(1) L'enquête de Deloitte, effectuée auprès d'un panel de 239 directeurs des achats et directeurs généraux de 25 pays, met en lumière les priorités de la profession pour les mois à venir.

(2) Les secteurs représentés dans cette étude recouvrent les produits de consommation (Nike, Ralph Lauren), ainsi que les services inhérents à la finance (American Express, Barclays, etc.), à la santé (Merck, Novartis, etc.), à l'industriel (Caterpillar, Dupont, etc.), à l'énergie (BP, Shell, etc.) et aux nouvelles technologies (Lenovo, Nokia, etc.).

>> Lire la suite en page 2.