Mon compte Devenir membre Newsletters

Fin des tarifs réglementés de l'électricité : relever le défi en 4 points

Publié le par

Le 31 décembre 2015, les tarifs réglementés de vente de l'électricité disparaîtront. Une modification qui assigne aux directions achats de nouvelles responsabilités. La preuve par l'exemple avec LVMH et Schneider Electric.

Fin des tarifs réglementés de l'électricité : relever le défi en 4 points

Si l'achat d'électricité a été jusqu'à présent une procédure relativement "balisée" : une tarification (jaune, verte ou bleue) fixe, liée au profil de consommateur de l'entreprise ; la fin des tarifs réglementés de vente s'apprête à faire volet en éclats cet état de fait. A compter du 1er janvier 2016, le prix de l'électron - composante principale du prix de l'électricité - fluctuera en effet en fonction du marché, faisant rentrer dans la grille de calcul traditionnelle de la somme facturée aux entreprises une valeur inconnue, qu'il incombe, de fait, au service achats de maîtriser...

Un défi qui peut se révéler profitable, à condition de savoir comment s'y prendre. "Que mettre dans l'appel d'offres ? Quels sont les leviers de négociations auprès des fournisseurs ? Sur quels critères décider de l'attribution du marché ?" Telles sont quelques-unes des questions à se poser dont se fait l'écho Christian Galichon. Pour y répondre, le directeur des achats de LVMH, s'est fait accompagner par Schneider Electric. Le groupe, spécialiste de l'optimisation énergétique, fait partie de ceux qui profitent de la conjecture pour se positionner sur un nouveau secteur d'activité : l'aide à l'achat d'électricité. Ensemble, ils énumèrent les impératifs d'une transition gagnante.

1 - Connaître sa consommation

Etape préliminaire incontournable, il s'agit aussi, selon Christian Galichon, du "challenge principal" qui guette les entreprises. De fait, la collecte de l'ensemble de la data sur sa consommation électrique, simple sur le principe, peut être complexifiée par la taille de l'entreprise concernée ou bien encore son mode d'organisation. Chez LVMH, l'indépendance relative des 60 "maisons" qui forment le groupe - chacune libre jusqu'alors d'adopter ou non le contrat global négocié par le service achats avec le fournisseur - a freiné l'opération. Sans compter que cette dernière nécessite la coopération d'EDF qui, au fur et à mesure qu'affluent les demandes, peut perdre en réactivité. Résultat : plusieurs mois peuvent s'écouler avant de pouvoir passer à l'étape suivante.

Lire la suite en page 2 : Connaître sa consommation et Comprendre la nouvelle tarification