Mon compte Devenir membre Newsletters

Cadeaux d'affaires : les grandes tendances d'achats

Publié le par

De l'objet "classique" au plus personnalisé, les cadeaux d'affaires sont un passage obligé pour les directions achats, qui se doivent de récompenser les bons éléments de l'entreprise. Cette année, pleins feux sur le made in France.

Cadeaux d'affaires : les grandes tendances d'achats

Si le marché du cadeau d'affaires se porte bien, les services achats des entreprises doivent désormais, crise oblige, resserrer les cordons de la bourse. Le budget "cadeau" s'établit, pour la majorité des sociétés, sur une échelle de 30 à 65 euros par personne, relève une étude du salon des cadeaux d'affaires Omyagué, réalisée en juin 2014, auprès de 500 organisations.

Pour près de la moitié de ces sociétés (45%), l'objectif prioritaire est de "stimuler et motiver les partenaires et les collaborateurs", quand 23% des entreprises avouent vouloir, via un cadeau à leurs salariés, "marquer un moment fort de l'entreprise" -anniversaire ou départ à la retraite, par exemple. À l'occasion du salon Omyagué-Les boudoirs de l'incentive, qui s'est tenu au Palais Brongniart, les 17 et 18 septembre, Décision Achats décrypte les grandes tendances d'achats de l'année 2014.

Miser sur les "valeurs sûres"

La gastronomie, le cadeau incontournable ? Les produits gastronomiques et les colis gourmands trustent, depuis plusieurs années, la première place du marché des cadeaux d'affaires, selon Omyagué. Pour récompenser les salariés méritants, confiseries, foies gras, ou bouteilles d'alcool haut de gamme sont privilégiés par les directeurs achats du secteur privé. Attention, cependant, à bien connaître le collaborateur choyé avant de choisir ce cadeau "message" : offrir un coffret de pâtés à un salarié végétarien pourra, par exemple, être mal perçu par celui-ci.

Moins risqués, agendas, stylos, maroquinerie, bagages, ou, encore hi-tech et coffrets cadeaux talonnent les cadeaux de bouche. Ainsi, Fnac pro et Marques et prestige voient grimper en flèche leurs commandes d'objets connectés -montres ou bracelets- en 2014.

Priorité au made in France

Grande tendance de l'année, le "local" séduit les acheteurs, avides de made in France, voire de 100% européen. Marie-Charlotte Indekeu, directeur général de La Cour d'Orgères, maître confiturier de France, propose ainsi "des produits locaux et issus de petits producteurs" qui séduisent massivement les secteurs des banques, des finances et de l'assurance.

"Le bio était la grande tendance d'il y a cinq ou six ans. Aujourd'hui, ce qui attire les acheteurs c'est le local", confirme Alexandra Gangloff de la société Marques et prestige. C'est ce qui fait le succès de la marque Tout simplement, créatrice d'objets design fabriqués en France, qui compte déjà dans son portefeuille de clients de grandes références comme le Centre Georges Pompidou, le musée Rodin -ou celui du Prado-, le château de Chenonceau, Canal+, Swatch ou Pierre Fabre, pour ne citer qu'eux. Philippe Ferreux, gérant et designer, reconnaît "des produits singuliers, de fabrication française et qui s'inscrivent dans une démarche de responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise" : utilisation de matériaux écoresponsables comme le bois ou le carton, approvisionnement local, contribution à l'économie sociale et solidaire via des emplois de proximité, notamment.

Des cadeaux sur mesure

Personnalisé. Ainsi se veut le cadeau privilégié par les acheteurs. Une orientation confirmée par Emilie Piau, directrice du département cadeaux d'affaires de l'entreprise allemande Montblanc, spécialisée dans la fabrication de stylos de luxe, de montres et de maroquinerie : "Nous venons de recevoir une commande de la direction des achats d'une entreprise sur notre stylo phare, le Meisterstück -qui fête cette année ses 90 ans- afin que nous gravions les initiales de deux collaborateurs seniors qui quittent l'entreprise, raconte-t-elle. La démarche est fréquente, même chez les PME."

Etude d'Omyagué réalisée auprès de 513 entreprises déclarant utiliser le cadeau d'affaires comme outil de fidélisation et de motivation, en juin 2014.