Mon compte Devenir membre Newsletters

Natixis favorise grandement le secteur protégé

Publié le par

Le secteur du travail protégé et adapté a beaucoup à apporter aux entreprises ! Un fait bien compris par Natixis, la banque du groupe BPCE, qui lui confie un nombre croissant de prestations.

Natixis favorise grandement le secteur protégé

Les EA et les ESAT, les deux types de prestataires de service qui emploient des personnes en situation de handicap, sont des partenaires économiques de plus en plus nombreux chez Natixis. Et pour cause. Signataire d'un accord en faveur de l'insertion et de l'emploi des personnes en situation de handicap - un document, agréé par la DIRECCTE* qui sert de pierre angulaire à la Mission Handicap que s'est fixée la banque, cette dernière fait de l'emploi solidaire un axe majeur de développement de sa politique RSE. Explications de Anne Moir, référente handicap à la direction achats de Natixis.

Quelle part de votre activité relève de l'emploi solidaire ?

Les prestations que nous confions au secteur de l'emploi protégé et adapté (STPA) sont diversifiées : récemment par exemple, nous avons sous-traité des activités de numérisation, que ce soit des archives, du courrier entrant, des dossiers collaborateurs. Ces prestations sont réalisées soit en direct soit via la co-traitance. Dès que cela est possible nous privilégions la sous-traitance directe avec les entreprises du STPA. Par exemple, nous confions à une EA le contrôle et la validation des factures. Une prestation qui a une certaine complexité et qui est donc intéressante.

Quel enjeu représente le marché de l'emploi solidaire pour les acheteurs ?

C'est un secteur qui évolue très vite. Une prestation qui n'était pas proposée hier par les acteurs du secteur protégé hier peut l'être aujourd'hui. Les acheteurs doivent maintenir une veille constante sur le secteur ; ils sont d'ailleurs des acteurs importants dans la progression des savoirs faire des entreprises du STPA en leur permettant d'accéder à de nouveaux marchés. A titre d'exemple, nous confions la réalisation de nos badges d'accès à une EA. Cette prestation, relativement sensible a fait l'objet d'un appel d'offres auprès d'un panel d'entreprises mixtes. Dans le processus de sélection, nous avions d'ailleurs retenu deux EA avant de faire notre choix final. Comme il s'agit d'une nouvelle prestation, nous assurons tant la formation que l'accompagnement de l'EA. L'objectif est de l'aider à s'approprier un nouveau métier qui s'ajoute à son savoir-faire.

Quels sont les objectifs d'achats de Natixis en prestations solidaires ?

Notre volume d'achat va croissant. Pour 2013, il représentait 70 UB. 2014 sera l'année de consolidation de nos acquis avec le secteur, et 2015 devrait démontrer une forte progression de notre implication, grâce à la mise en place de nouveaux contrats avec des EA qui sont en train de s'initier pour 2015. L'objectif de notre second accord - 80 UB pour fin 2016 - est déjà presque atteint à ce jour. Pas question de ralentir nos initiatives pour autant. Dès que nous avons l'occasion de développer notre politique d'emploi solidaire, nous le faisons en priorité. Nous sommes satisfaits du résultat sur deux aspects : d'une part, parce que cette approche nous permet de répondre à nos engagements en matière d'emplois indirects, et d'autre part par la qualité des prestations proposées. Cela répond également à un axe important de notre politique RSE : contribuer à la professionnalisation de personnes en situation de handicap et créer des emplois.

* Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.