Mon compte Devenir membre Newsletters

Achats responsables : quelle politique pour les achats d'emballages?

Publié le par

Dans le cadre d'une politique d'achats responsables, l'achat d'emballages peut avoir des conséquences non négligeable sur le business de l'entreprise. Quels sont les leviers pour optimiser la politique d'achats de cette famille? Réponses de Jean-Louis Martin, auteur d'un livre sur le sujet.

Achats responsables : quelle politique pour les achats d'emballages?

Décision Achats : Quel constat faites-vous des pratiques achats d'emballage?

Tout d'abord il faut noter que les approches sont différentes selon les secteurs d'activité. Dans l'industrie chimique ou pharmaceutique on va avant tout se concentrer sur l'aspect réglementaire pour satisfaire exactement aux exigences de ces règlements. Les entreprises sous-traitantes s'attellent à respecter les cahiers des charges environnementaux imposés par leurs clients. In fine ce sont, sans surprise, les entreprises de BtoC qui sont les plus matures dans la prise en compte des critères environnementaux dans leur acte d'achat. On peut constater toutefois que dans un même secteur ce degré de maturité peut varier amplement. C'est la volonté de l'équipe dirigeante et la pertinence de la politique RSE en place qui fait la différence. Par ailleurs il est clair que la famille packaging dispose de leviers simples et efficaces pour prendre en considération l'aspect environnemental tout au long du processus achat et démontrer la valeur ajoutée qui va en découler. La famille packaging, tout comme les transports ou les voyages font parties de ce que l'on appelle des catégories chaudes qui peuvent facilement mettre en place une démarche de développement durable tout en réduisant les coûts.

D. A : Quels sont les leviers permettant la mise en oeuvre d'une politique d'achats durables pour les achats d'emballage?

Les leviers pour agir sont nombreux. Le premier est la réduction à la source : travailler à la réduction du poids ou du volume d'un emballage permet bien évidement d'optimiser les coûts en réduisant les volumes achetés. Mais cette réduction du poids ou du volume permet également de diminuer les coûts de stockage et de transports et influera également positivement sur les conditions de travail ; la manipulation des produits sera plus aisée pour les opérateurs dans les usines, les centres logistique, ou pour les clients. Agir sur le choix du matériau est également un levier important qui aura des impacts similaires à la réduction à la source.

Les autres leviers comme la réduction des émissions de CO2, la diminution de la toxicité des emballages, ou la prise en compte du risque de pollution sont des leviers à utiliser par les acheteurs pour pour que leur entreprise réponde aux obligations légales et réglementaires en matière d'environnement. D'ailleurs, le rôle de l'acheteur est non seulement de faire en sorte que son entreprise et ses fournisseurs se conforment au exigences légales ou réglementaires en matière d'environnement mais il doit également se tenir informé des futurs textes pour anticiper les conséquences de ces nouvelles demandes y compris les éventuels investissements.

Au sein de son entreprise, l'acheteur packaging dispose de nombreux leviers pour légitimer la réalisation d'achats durables :

- un levier de diminution des coûts à mettre en valeur auprès de sa direction financière ;

- une amélioration des conditions de travail qui sera particulièrement apprécié par son service Sureté & Sécurité et par les RHs ;

- une image positive appréciée par les clients et qui servira les départements marketing et commercial ;

- un respect des exigences légales chez les fournisseurs qui permettra au responsable juridique de dormir sereinement.

D. A : Les services achats et marketing travaillent-ils suffisamment ensemble sur le sujet?

Les deux fonctions travaillent de plus en plus ensemble, spécialement dans les entreprises de BtoC, ou le marketing a bien compris que leurs confrères acheteurs pouvaient les aider à réduire le TCO et donc possiblement à augmenter les marges. De plus, si l'emballage primaire était jusqu'il y a peu, principalement considéré par le marketing comme un outil de communication et de promotion, il se doit aujourd'hui d'être "responsable". Les clients sont de plus en plus sensibles à l'aspect environnemental des produits et l'emballage est largement considéré dans la décision d'acheter. Une étude récente menée par GFK fait apparaitre clairement que les consommateurs considèrent le recyclabilité, la biodégradabilité ou la réduction de la taille des emballages comme des éléments majeurs d'un emballage de qualité. Les marketeurs ont également compris que la vérité pouvait également être ailleurs et le travail de veille effectué par les acheteurs pouvaient leur permettre de capter des innovations. Certains, encore trop peu nombreux, n'hésitent pas à mener des projets de co-développement avec leurs fournisseurs packaging.

Pour en savoir plus :

Consulter l'ouvrage "Entreprise et environnement : les achats d'emballages" - Editions Campus Ouvert de Jean-Louis Martin

L'auteur : Jean-Louis Martin est diplômé du Master DESMA - Management stratégique des Achats de l'IAE de Grenoble. Il a été notamment acheteur transports et logistique dans une grande entreprise d'ameublement et est actuellement consultant en achats projets dans l'industrie.