Mon compte Devenir membre Newsletters

Achats responsables : Il faut "sortir des injonctions contradictoires"

Publié le par

Seul un responsable achats sur trois considère les achats responsables comme une priorité : c'est l'une des tendances mises au jour par l'annuel baromètre "achats responsables" OpinionWay pour l'ObsAR.

Achats responsables : Il faut 'sortir des injonctions contradictoires'

Les achats responsables sont une priorité pour un responsable achats sur trois, quand un sur dix n'en voient pas l'intérêt : telle est la tendance, stable, observée par la 6e édition du baromètre "achats responsables" d'OpinionWay pour l'ObsAR, dévoilée début février. En cause, selon l'Observatoire des achats responsables (ObsAR), des "injonctions contradictoires" reçues par les acheteurs de la part de leur direction générale. "On constate que les directions sont à la fois préoccupées par les résultats de court terme - d'abord financiers - et demandeuses de solutions préparant l'avenir en s'interrogeant sur leur impact sur l'écosystème territorial, notamment", commente le think tank.

Ainsi, 54 % des répondants admettent que la mise en oeuvre ou l'approfondissement de la politique d'achats responsables n'est qu'"un élément parmi d'autres" pour leur organisation ; celle-ci est néanmoins considérée comme une opportunité pour un tiers des interrogés. Sur le sujet, le secteur public prend de l'avance : une politique d'achats responsable est une priorité pour 40 % des organisations.

Deuxième enseignement, et non des moindres : la professionnalisation constante des acheteurs dans "la mise en oeuvre des objectifs d'achats responsables", avec, néanmoins, quelques ombres au tableau, dont un fléchissement dans le respect des délais de paiement.

État des lieux de la politique d'achats responsables

Pourquoi mettre en place une politique d'achats responsables ? Parmi les moteurs des achats, la maîtrise durable des coûts et des risques pour les parties prenantes, le respect de l'environnement - normes, labels - et les délais de règlement des fournisseurs.

Plus précisément, parmi les acheteurs ayant déjà mis en place une politique d'achats responsables, 75 % possèdent une bonne connaissance des réglementations, référentiels et bonnes pratiques. La bonne nouvelle ne s'arrête pas là : la part de ceux qui ont une très bonne connaissance des achats responsables augmente, en 2014.

Les étapes de la mise en oeuvre d'une politique d'achats responsables les plus souvent réalisées par les entreprises publiques et privées sont la "diffusion en interne de la démarche achats responsables" (71 %), la "formalisation des objectifs de la politique des achats responsables" (64 %) et la "concertation avec l'ensemble des parties prenantes (internes ou externes)". À noter que l'action de nommer "un correspondant achats responsables" est en croissance de 7 points (58 %).