En ce moment En ce moment

Revue de presse achats (semaine du 16 au 20 juillet)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats (semaine du 16 au 20 juillet)
© ©Bits and Splits - stock.adobe.com

La rédaction vous propose une sélection d'articles parus cette semaine sur les sites de nos confrères qui vous intéresseront probablement car ayant trait aux achats privés et publics, à la supply, à la RSE, entre autres, mais aussi aux RH et au management. Bonne lecture!

  • Imprimer

Grande distribution : enquêtes de l'Autorité de la concurrence

Auchan avec Casino, Metro et Schiever, Carrefour avec Système U d'une part, et le britannique Tesco d'autre part : la multiplication des annonces de rapprochement entre enseignes pour massifier leurs achats a incité l'Autorité de la concurrence à lancer des enquêtes pour y voir plus clair. Dans un souci de transparence, les Sages de la rue de l'Echelle veulent en savoir plus sur comment fonctionnent ces alliances et leurs éventuels impacts sur les relations commerciales et sur les prix pour les consommateurs. " L'Autorité a décidé de renforcer ses investigations sur ces rapprochements à l'achat et a ouvert, pour chacun de ces accords, une enquête afin d'évaluer l'impact concurrentiel de ces rapprochements à l'achat sur les marchés concernés, tant à l'amont pour les fournisseurs, qu'à l'aval pour les consommateurs ", annonce l'institution dans un communiqué publié ce lundi. Elle précise que cette enquête a donc " été élargie au rapprochement entre Carrefour et Tesco ". >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Aéro: Monter en cadence freine la digitalisation des fournisseurs

L'accélération des montées en cadence de production dans les monocouloirs monopolise l'attention des petits fournisseurs aéronautiques, qui peinent ainsi à mener la digitalisation de la production pourtant cruciale à moyen terme, estiment des industriels et des analystes. Airbus et Boeing ont l'intention de produire chacun dix monocouloirs de plus par mois à partir de 2019, ce qui permettrait de passer à un rythme de 60 avions pour l'A320 européen et à 57 pour le 737 américain, une accélération facilitée à la fois par des baisses de production de gros porteurs et par l'expérience acquise par le secteur. Les deux avionneurs et leurs principaux équipementiers multiplient les initiatives pour digitaliser leur production afin de la rendre à la fois plus rapide et plus fiable, utilisant par exemple un "jumeau numérique", simulation informatique de l'ensemble des machines d'une usine. >> Lire l'article complet sur le site de Capital

Affaire Lactalis : un site unique pour recenser les produits à risque

Rappelant que le " risque zéro " n'existait pas dans un processus de production, le Conseil national de la consommation préconise avant tout que l'administration développe un site Internet unique, public et accessible aux consommateurs, " recensant l'ensemble des produits faisant l'objet d'un rappel pour des raisons liées à la sécurité en France. (...) L'exhaustivité de ce registre devrait être garantie par une obligation de notification pesant sur les professionnels concernés ". (...) M. Le Maire a demandé, mardi, à la DGCCRF de se rapprocher " des différentes administrations concernées pour définir les modalités pratiques de mise en place d'un site Internet unique sur lequel les entreprises devront publier les rappels de produits de consommation ". Il restera néanmoins quelques points à régler : le droit est-il suffisant pour encadrer le dispositif ? Qui détiendra, chez les fabricants, les codes d'accès à ce site Internet ? Sera-t-il suffisamment robuste pour résister à l'afflux de connexions en cas de crise importante ? M. Le Maire a indiqué mardi qu'il proposerait d'inscrire une disposition législative dans la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour obliger les sociétés à notifier les rappels sur le futur site unique. >> Lire l'article complet sur le site du Monde

Les Bleus champions du monde entraînent les sponsors dans leur victoire

Sacré en 2014, Adidas a vu l'Allemagne, l'Espagne, et l'Argentine, ses trois têtes d'affiche, être éliminées dès le premier tour ou les huitièmes de finale. Malgré le couac sportif de ses équipes, l'équipementier allemand avait annoncé dans la presse fin juin compter sur la vente de 8 millions de maillots dans le monde durant le tournoi, soit plus que lors du Mondial au Brésil. Avec un sacre de l'équipe de France, avec qui il est sous contrat jusqu'en 2026 contre un chèque de 50,5 millions d'euros par an, Nike peut s'attendre à faire bien mieux. >> Lire l'article complet sur Fashion Network

RSE

Adidas accélère dans les matériaux recyclés

Adidas s'est lancé un " défi vert " : ne plus utiliser que des matériaux recyclés dans la fabrication de ses chaussures et vêtements d'ici à 2024. La marque de vêtements de sport, qui a lancé en 2016 sa première basket fabriquée en série à partir de bouteilles d'eau recyclées , vise 5 millions de ventes de chaussures recyclées cette année et 11 millions en 2019. L'an passé, l'équipementier allemand a ainsi vendu un million de paires d'Ultraboost Uncaged Parley recyclé - Parley est une ONG new-yorkaise investie notamment dans le nettoyage des océans -, actuellement proposées à 179,95 euros sur le site allemand de la marque. " L'objectif est de nous débarrasser du polyester vierge d'ici à 2024 ", a déclaré au " Financial Times " le directeur des marques mondiales d'Adidas, Eric Liedtke. Un chantier immense puisque près de la moitié des 920 millions d'articles individuels qu'Adidas vend chaque année est en polyester. Le polyester recyclé coûte 10 à 20 % de plus que les matériaux vierges et même si Adidas respecte l'objectif de 11 millions de paires de chaussures recyclées en 2019, cela représentera encore que 3 % de sa production totale. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

LGV Tours-Bordeaux: Un chantier désastreux pour l'environnement?

Le chantier de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Tours-Bordeaux a-t-il généré des destructions d'ecosystème et des pollutions d'ampleur ? L'association France Nature Environnement (FNE) révèle en tout cas que les sociétés Cosea et DTP, filiales de Vinci et Bouygues Construction pour ce projet, viennent chacune d'être condamnées à plus de 40.000 euros d'amende pour ne pas avoir respecté les règles fixées par le préfet d'Indre-et-Loire, dans le cadre de la partie du chantier dans ce département. " Les deux entreprises ont notamment rejeté directement dans les rivières des eaux polluées sans les assainir alors que des dispositifs efficaces devaient être mis en place dès le début du chantier " relate FNE. " Le juge conclut qu'elles "ne pouvaient ignorer les enjeux et l'impact environnemental de leur carence" car elles échangeaient depuis des mois avec les services de l'Etat. " Bien sûr, on ne construit pas 302 kms de ligne nouvelle sans impact. Mais Benoît Bernard, vice-procureur de Tours, qui a instruit le dossier pour l'Indre-et-Loire, souligne que " le nombre d'infractions commises est important " rapporte le site Mediapart dans une enquête sur le sujet. Toujours selon Mediapart, un expert qui eu accès au chantier en Indre-et-Loire décrit " un massacre environnemental ". >> Lire l'article complet sur le site de 20 mn

Les États-Unis confrontés au coût du recyclage du papier et du plastique

La Chine, l'an dernier, a ainsi acheté plus de la moitié des déchets recyclables exportés par les Etats-Unis. Au niveau mondial, depuis 1992, ce sont 72% des déchets plastiques qui ont fini en Chine et à Hong Kong, selon une étude parue dans Science Advances. Mais depuis janvier, les frontières chinoises se sont fermées à la plupart du papier et du plastique, conséquence d'une nouvelle politique environnementale de Pékin... les dirigeants chinois se disant désireux de ne plus être la poubelle de la planète, ou même sa déchetterie. Pour le reste, dont le métal ou le carton, les inspecteurs chinois ont fixé un taux de contamination de 0,5%, trop bas pour les technologies américaines actuelles qui n'arrivent pas à trier les déchets de façon aussi précise. Le secteur s'attend in fine à ce que presque toutes les catégories de déchets soient refusées d'ici 2020. >> Lire l'article complet sur le site de BFMTV

Intermarché bannit le plastique de ses cotons tiges

En 2020, la vente de cotons tiges en plastique ne sera plus autorisée en France. Une interdiction inscrite dans la loi sur la biodiversité. 18 mois avant cette échéance, Intermarché supprime le plastique de ses bâtonnets ouatés. En effet, les produits de sa marque propre Labell ont maintenant une tige en papier issu de forêts certifiées FSC. Une innovation " fruit de relations privilégiées que nous entretenons avec des PME engagées à nos côtés telles que le groupe Lemoine", explique Frédéric Gourgeon, adhérent Intermarché en charge des produits à marque propre. Intermarché travaille en effet depuis 1978 avec le groupe Lemoine aujourd'hui spécialisé dans la production de cotons tiges pour les MDD et acteur incontournable sur la scène européenne. "En tant que leader, nous nous devons d'avoir toujours un temps d'avance. Dès que nous avons été informés du projet de loi, nous avons activé notre R&D, multiplié les échanges et co-construit avec les équipes d'Intermarché, ce qui nous permet aujourd'hui d'être ensemble les premiers à proposer ces sticks papier certifiés FSC ", déclare Alexandre Lemoine, directeur général du groupe Lemoine. Et de souligner : " Intermarché nous a toujours soutenus lors des bons et des mauvais moments, comme en 2010, lorsque notre usine a brûlé". >> Lire l'article complet sur le site de LSA

Le lait et la viande seront les plus grands pollueurs d'ici 2050

Aujourd'hui, les émissions de GES des cinq premières entreprises du secteur de la viande et des produits laitiers - JBS (Brésil), Dairy Farmers of America, Tyson et Cargill (États-Unis) et Fonterra ( Nouvelle-Zélande) - sont déjà supérieures à celles des géants des énergies fossiles, comme Exxon, BP ou Shell, souligne un rapport réalisé par l'Institut pour l'Agriculture et la politique commerciale ainsi que l'ONG GRAIN. Et le top 20 des producteurs de viande et produits laitiers dans le monde pèsent ensemble davantage que les émissions totales de pays tels que l'Allemagne ou le Royaume-Uni. Mais si la croissance du secteur de la viande et des produits laitiers se poursuit au rythme actuellement prévu par les géants du secteur, ce dernier pourrait représenter d'ici à 2050 plus de 80% du " budget " annuel d'émissions de gaz à effet de serre compatible avec l'objectif de l'Accord de Paris pour le climat. >> Lire l'article complet sur le site de Euractiv

Commande publique

Les biens amortis doivent revenir gratuitement à la collectivité publique à l'expiration d'un contrat de concession

Le contrat qui accorde au concessionnaire, pour la durée de la convention, la propriété des biens nécessaires au service public autres que les ouvrages établis sur la propriété d'une personne publique ne peut faire obstacle au retour gratuit de ces biens à la personne publique en fin de concession. Cependant, lorsque la convention arrive à son terme normal ou que la personne publique la résilie avant ce terme, le concessionnaire est fondé à demander l'indemnisation du préjudice qu'il subit à raison du retour des biens à titre gratuit dans le patrimoine de la collectivité publique lorsqu'ils n'ont pu être totalement amortis. Lorsque l'amortissement de ces biens a été calculé sur la base d'une durée d'utilisation inférieure à la durée du contrat, cette indemnité est égale à leur valeur nette comptable inscrite au bilan. >> Lire l'article complet sur le site de Weka

" Les acheteurs publics recourent plus aux CPE depuis l'arrivée des contrats simplifiés "

L'Etat veut massifier le recours aux contrats de performance énergétique pour booster la rénovation des bâtiments publics. Mireille Jandon du CSTB dresse un premier bilan des projets mis en oeuvre par les acteurs publics mais aussi privés. "Le CPE est un outil de la transition énergétique, il s'agit d'observer comment il est utilisé par les maîtres d'ouvrage et sur quel type de bâtiments il est déployé. Cet Observatoire a déjà permis d'effectuer un premier recensement de 250 CPE, à travers la France, et de consolider les informations collectées avec les porteurs de projets. Ceux-ci vont de la petite copropriété à de grands parcs de bâtiments, comme par exemple celui du bailleur social Habitat 76, qui a mis tout son patrimoine en CPE. Cet Observatoire permet aux décideurs et aux professionnels de partager des retours terrain et des données fiables sur différents projets utilisant le CPE ainsi que des analyses statistiques sur la cartographie, les données contractuelles et les principaux résultats de ce type de contrats. Maîtres d'ouvrage, aménageurs, collectivités et exploitants sont invités à participer à cette mutualisation des connaissances." >> Lire l'article sur le site de ActuEnvironnement.com

Economat des armées : les prestataires de restauration collective sous contrôle 2.0

L'Economat des armées, en tant que centrale d'achat, suit la gestion externalisée d'une soixantaine de restaurants. L'établissement a modernisé le suivi des prestations. Les agents chargés de procéder aux vérifications ont été équipés d'une tablette pourvue d'une application recensant les points à contrôler. Présentées sous forme de questions fermées, les réponses appellent un oui ou un non. En cas de manquement, la direction est immédiatement informée. Et des bornes smiley ont été installées sur les sites afin de mesurer la satisfaction des convives. >> Lire l'article complet sur le site de Achatpublic.info


Fleet

Voitures de fonction : pas tous logés à la même enseigne !

L'une des distractions les plus prisées dans les empires matriciels consiste à gruger la car policy. Toutes les grandes entreprises ont en effet un process qui détermine qui a droit à quel véhicule en fonction de son statut et de sa fonction. Exemple : si vous êtes directeur de région, vous avez droit à une brave Peugeot. Mais si vous appartenez à un codir, vous vous envolez vers les inaccessibles Audi et autres prestigieuses berlines. Peu importe que vous fassiez plus ou moins de kilomètres ou que vous habitiez à cinq minutes du bureau : la marque du véhicule qui vous échoit est une mesure directement proportionnelle à votre rang. Tu n'imagines pas les trésors de ruse, d'énergie, d'ambition, d'astuce déployés pour obtenir le véhicule de la catégorie juste au dessus de celle à laquelle les gens ont droit au nom de la fameuse policy. Toute cette énergie dépensée collectivement serait-elle réorientée vers la conquête de nouveaux marchés ou mise au service des clients que l'entreprise verrait ses résultats décoller comme une fusée ! Manager chargé de remettre de l'ordre dans cette gabegie, tu marches en terrain miné. Sache que des années de tolérance pusillanime, de regards détournés et de petits arrangements entre amis te contemplent du haut de cette pyramide d'iniquité, et que chaque dirigeant devient l'allié objectif de ses pires ennemis dans le but sacré d'avoir une bagnole un peu plus grosse. Nulle montagne n'est plus dure à gravir... >> Lire l'article complet sur le site de Capital

FPS (ex-PV) de stationnement - Où sont-ils les plus chers ? Quelles villes y ont renoncé ?

À première vue, les tailles des communes ne déterminent pas forcément les montants des forfaits de post-stationnement (FPS) qui remplacent le PV à 17 euros depuis le 1er janvier dernier. En tout cas, à part Lyon et Paris, ce ne sont pas toujours les plus grandes villes qui ont opté pour les FPS les plus élevés, si l'on en croit le relevé effectué dans près de 450 agglomérations par le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), l'association des élus - députés, sénateurs, maires... de tous bords - à l'origine de cette réforme, et que Caradisiac a récupéré. À en croire ce document, daté du 25 janvier, et affichant la mention "NE PAS DIFFUSER", les douze villes les plus chères sur ce "créneau" ont voté pour un forfait d'au moins 40 euros (voir notre tableau ci-dessous). Or, sur les douze, il y en a seulement quatre peuplées de plus de 100 000 habitants : Paris, Lyon, Saint-Etienne et Mulhouse, où le FPS, réclamé en cas de place impayée (dans la zone la plus onéreuse), s'élève respectivement à 50, 60 et 40 euros pour les deux dernières. Excepté Lyon, elles ont en outre mis en place des FPS au taux minoré, entre 20 et 35 euros, dans le cas où le paiement intervient dans les 3 à 4 jours au maximum. >> Lire l'article complet sur le site de Caradisiac

Le plan du gouvernement pour des véhicules plus propres

Le " suramortissement " dont bénéficient les véhicules utilitaires et les poids lourds peu polluants acquis jusqu'au 31 décembre 2019 va être prolongé jusqu'en 2021. Il autorise les entreprises à déduire de leur résultat imposable, en plus de l'amortissement classique, 40 % de la valeur d'origine de ces véhicules. Ce dispositif sera étendu aux véhicules à hydrogène et son taux sera relevé pour les petits poids lourds. (...) Les employeurs seront incités fiscalement à rembourser une partie de leurs frais de transport aux salariés qui effectuent en covoiturage leurs déplacements domicile travail. Même chose lorsqu'ils mettront gratuitement à leur disposition des bornes de recharge électrique. >> Lire l'article complet sur le site des Echos


IT / Digital

Forte augmentation des attaques d'infrastructures dans le Cloud

Le " Rapport sur les tendances des cyberattaques au premier semestre 2018 " de CheckPoint vient de tomber : outre la nette augmentation des logiciels malveillants d'extraction de cryptomonnaie que d'autres rapports notent également, les infrastructures dans le Cloud semblent être de plus en plus ciblées par les pirates. Les entreprises migrant de plus en plus leurs données et leurs capacités de traitement informatique vers des environnements Cloud, les criminels se tournent logiquement vers ce dernier pour exploiter sa puissance de calcul et multiplier leurs profits. " Nous avons vu des attaques de plus en plus sophistiquées contre les infrastructures dans le Cloud et les environnements multi-plateformes émergents. Ces attaques de 5e génération, multivecteurs, rapides et à grande échelle, sont de plus en plus fréquentes. Les entreprises doivent adopter une stratégie de cybersécurité multicouche pour empêcher ces attaques de s'introduire dans leurs réseaux et dérober leurs données ", indique Thierry Karsenti, directeur technique Europe de Check Point. >> Lire l'article complet sur le site de Solutions numériques

Cabinet de conseil : adopter l'intelligence artificielle ou disparaître

Les nouveaux outils s'intègrent difficilement dans les processus traditionnels qu'il est impératif de faire évoluer pour tirer parti de la technologie. C'est là que réside l'opportunité la plus pertinente pour les cabinets de conseil qui sauront coupler les deux mondes en les intégrant dans une offre unique. C'est la naissance de ce " consultant augmenté " qui constitue le véritable enjeu de cette profession. Cette situation est notamment vraie pour tout ce qui touche aux solutions visant à automatiser les fonctions auditables , négociables ou recouvrables (facturation, achats...) pour lesquelles les entreprises ont besoin d'améliorer rapidement leur efficience. Les cabinets de conseil doivent pouvoir offrir des solutions clef en main sur tous les processus transactionnels où les besoins des entreprises se sont clairement exprimés. Ainsi, ces dernières peuvent gagner un temps précieux sur cette phase de leur transformation pour se concentrer sur des enjeux business plus critiques (métiers, marketing et sourcing), qui nécessitent une forte expertise. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Travel

L'aéroport de Nice inaugure un système de reconnaissance faciale

L'aéroport de Nice commencera lundi à utiliser la reconnaissance faciale pour le contrôle aux frontières. Il s'agit de la deuxième plateforme aéroportuaire française à s'équiper de la sorte après Aéroports de Paris. La reconnaissance automatique du visage compare le visage du voyageur avec la photo stockée dans le microprocesseur de son passeport biométrique. La technologie est en plein décollage dans les aéroports mondiaux, qui cherchent les moyens de fluidifier la circulation des passagers alors que le trafic aérien ne cesse d'augmenter. En France, le déploiement de cette nouvelle génération de systèmes Parafe (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures) était très attendu, après un été 2017 marqué par une situation chaotique dans les aéroports français où, en pleine saison touristique, le durcissement des contrôles aux frontières avait provoqué de longues files d'attentes et l'exaspération des passagers. " L'enjeu est évidemment de réduire les temps de contrôles pour nos passagers, sans aucun compromis pour la sécurité ", a ainsi expliqué Dominique Thillaud, le président d'Aéroports de la Côte d'Azur, cité dans un communiqué. >> Lire l'article complet sur le site de FrenchWeb

Management /Carrière et autres...

La pyramide inversée : manager à l'heure du renversement des pouvoirs

Pendant longtemps, dans le management enseigné en école, l'agilité était loin d'être mise en avant. Question d'époque. Longtemps, le management était pensé : dans un environnement balisé et formaté, presque standardisé ; avec une hiérarchie claire, stable et lisible. Dans l'entreprise classique, l'organisation est pyramidale, il y a trois niveaux : les employés et opérateurs, les managers et le dirigeant. Plus vous êtes proche du sommet, plus vous cumulez les pouvoirs, les fonctions et les rétributions. Dans cette organisation, tout est descendant : la notoriété, la rareté, le salaire, la prise de décision, l'influence sur le résultat. La pyramide des pouvoirs s'inscrit en outre dans le cadre de contrats de travail classiques, faciles à rompre. Son horizon est donc celui du moyen terme. Dès lors, l'organisation du travail qui en découle est traditionnelle et fortement hiérarchisée. Pendant très longtemps, ce fut l'organisation de référence dans l'entreprise. Aujourd'hui, les choses ont changé. Le management pyramidal, avec son principe de la délégation en cascade des pouvoirs , n'est plus adapté. Il en va de même pour le monopole du pouvoir et de la communication qui se concentrait auparavant entre les mains de quelques-uns. Tout cela a vécu. >> Lire l'article complet sur le site des Echos Entrepreneurs

Courage émotionnel : pourquoi est-il essentiel au leadership ?

Peter Bregman. Le courage émotionnel est la volonté de ressentir. Et c'est la force motrice de tout ce que nous accomplissons. Voici un exemple très concret. Pensez à une conversation difficile que vous voulez avoir avec quelqu'un mais que vous n'avez pas provoquée. Maintenant, réfléchissez à la raison pour laquelle vous ne l'avez pas provoquée. Je parie que vous savez ce que vous voulez dire. Et que vous êtes assez habile pour avoir cette conversation. Et j'imagine que vous avez eu -ou auriez pu créer - des occasions de l'avoir. Alors pourquoi ne l'avez-vous pas eue ? C'est là que le courage émotionnel entre en jeu. Il y a quelque chose que vous ne voulez pas ressentir. Peut-être que c'est la possibilité de conflit. Ou l'attitude défensive de l'autre. Ou leur colère. Ou votre propre colère et/ou votre attitude défensive. Je ne sais pas ce que vous pourriez ressentir - mais le risque de sentir cette chose vous arrête. Ça nous arrête tous. C'est pourquoi le courage émotionnel est si important quand quelque chose nous tient à coeur. Si nous sommes prêts à tout ressentir, nous pouvons tout faire. >> Lire l'article complet sur le site des Echos


la rédaction

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet