En ce moment En ce moment

Revue de presse achats (semaine du 09 avril au 13 avril 2018)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats (semaine du 09 avril au 13 avril 2018)

Voici une sélection d'articles parus cette semaine sur le Net, qui vous concernent directement ou indirectement car ayant trait aux achats, à la supply, à la RSE, à la relation fournisseurs, au management, aux RH, etc. Bonne lecture!

  • Imprimer

Herbert Diess, un "cost killer" à la tête de Volkswagen

En 19 ans, Herbert Diess y a dirigé deux usines, la division moto, travaillé dans la production, aux achats comme dans le développement, avant de rentrer au directoire en 2007. (...) A Wolfsburg, il prend la tête de la marque Volkswagen, division à problèmes qu'il s'emploie à redresser. En faisant ce qu'il sait faire de mieux : réduire les coûts. Le dirigeant, qui a appris la technique automobile et le génie mécanique à l'université, a notamment démontré l'étendue de son talent de "cost killer" chez BMW, en économisant des milliards d'euros lors de très rudes négociations avec les sous-traitants.
> Lire l'article complet sur le site des Echos

Apple affirme fonctionner à 100% aux énergies renouvelables

Apple a affirmé lundi fonctionner entièrement aux énergies renouvelables, citant notamment ses magasins et centres de données dans le monde et son gigantesque siège de Cupertino en Californie, dans l'ouest des Etats-Unis. Les "data centers" sont particulièrement gourmands en énergie et produisent aussi beaucoup de chaleur, ce qui est néfaste pour l'environnement. Apple a aussi nombre de fournisseurs répartis dans le monde, qui assemblent ses produits, la plupart en Asie. A cet égard, Apple a indiqué que 23 de ces fournisseurs se sont officiellement engagés à produire tous les produits de la marque entièrement grâce aux énergies renouvelables.
> Lire l'article complet sur le site Le Figaro

Le Medef s'oppose à la redéfinition de l'objet social de l'entreprise

Bruno Le Maire a annoncé son intention de réécrire le Code civil dans la loi Pacte en demandant aux entreprises qui le souhaitent de définir leur raison d'être. Un choix repoussé par l'ensemble des candidats à la présidence du Medef et par Pierre Gattaz lui-même. "Quels comportements veut-on faire changer, quels sont les problèmes ? Les TPE, les PME et les ETI sont souvent patrimoniales et ne sont pas guidées par des logiques financières court-termistes. Quant aux sociétés cotées, elles respectent déjà les engagements du Code Afep-Medef dont tout le monde a salué l'ambition et l'efficacité. On veut modifier la loi sans avoir identifié le problème à résoudre et son ampleur", a regretté Pierre Gattaz pour qui cette modification de la loi ouvre une "boîte de Pandore".
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


Ma vision de l'entreprise contributive ? Cela commence aussi par les achats

Les enjeux vont bien au-delà des enjeux de "compliance". Quand on engage entre 60 et 75 % du CA de l'entreprise à l'extérieur de l'entreprise, une relation responsable et durable avec ses fournisseurs devient un pré requis. Il devient nécessaire d'amorcer une approche collaborative qui dégage une "valeur partagée" forte, et un vrai avantage concurrentiel. La compétitivité de l'entreprise de demain ne se fera plus qu'à travers la marge, elle sera aussi hors prix en intégrant des composants d'innovations techniques, environnementales et sociétales. Or tout au long de la chaîne de valeur d'une direction achats, les enjeux (risques mais aussi opportunités) et les externalités sont nombreuses. Dans la conception du cahier des charges, les choix des matières premières, dans le choix et la gestion fournisseurs, l'acheteur joue un rôle essentiel dans l'impact de son entreprise.
> Lire la tribune complète de Juliette Guillemin Dupille , chef de projet Achats responsables Bureau Veritas


Supply chain

Le secteur du bricolage mise sur la supply chain collaborative

Sous l'égide de l'Institut du Commerce, industriels et distributeurs du bricolage poursuivent leur démarche collaborative d'amélioration de l'efficacité opérationnelle de la supply chain. Avec l'appui de l'Institut du Commerce, les acteurs du bricolage poursuivent la professionnalisation de leurs supply chain. Cela se traduit par la diffusion récente de deux nouvelles publications dans la médiathèque du site internet de l'Institut : le manuel de bonnes pratiques gestion du cycle de vie des produits pour le secteur du bricolage et l'indice de déploiement EDI pour le secteur du bricolage.
> Lire l'article complet sur le site de Voxlog

Biotraq: la smart supply chain anti gaspi

Biotraq aide les industries agro-alimentaires et pharmaceutiques à optimiser leur Supply Chain du froid en garantissant la qualité des produits périssables et limitant leurs pertes et gaspillages. Sa plateforme analyse les données de capteurs connectés qui suivent les produits, calculent leur qualité et apportent ainsi pour la première fois aux opérateurs des informations en temps réel sur l'état des produits dont ils ont la responsabilité.
> Lire l'article complet sur le site Challenges

Un boîtier intelligent pour la maintenance prédictive

Destiné à l'industrie, Bob embarque des algorithmes d'apprentissage automatique. Il se pose directement sur les machines dont il surveille le fonctionnement, et alerte dès qu'il détecte une anomalie. Il effectue les analyses directement sur les machines, sans avoir besoin de transmettre les données pour qu'elles soient analysées dans le cloud. Le boîtier a été conçu pour apprendre tout seul les vibrations des machines sur lesquelles il est censé veiller. Après plusieurs mois de tests et validation dans des sites industriels (EDF, Veolia) et des PME, Bob devrait être commercialisé sous forme d'abonnement mensuel dans les prochaines semaines.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


Mobilité / Fleet

Les flottes d'entreprise vers une nouvelle ère

L'année 2018 devrait marquer une percée de l'essence dans les parcs automobiles des entreprises, loueurs longue durée et administrations. Et, dans une moindre mesure, de l'hybride et de l'électrique. Il est vrai que l'an passé, la plupart des loueurs se sont résolus à rééquilibrer les ­niveaux de valeurs des modèles essence et ­diesel pour leur revente en fin de contrat de ­location. En attendant le déclin programmé du diesel dans les flottes, c'est en direction des modèles hybrides que de nombreuses entreprises se sont tournées l'an passé. Mais en 2018, la surprise à attendre dans les entreprises viendra peut-être de l'essor des véhicules électriques. Une offre de modèles plus large, des autonomies plus amples et des solutions de passage à l'énergie électrique ­généralisées pourraient insuffler un nouvel élan à l'usage de véhicules électriques.
> Lire l'article complet sur le site Le Monde

L'économie du partage fait son entrée dans les flottes

Moins chers et plus vertueux, covoiturage, autopartage et autres services de mobilité s'invitent progressivement dans les entreprises. Aujourd'hui, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à réduire la part de l'automobile dans leurs déplacements. A écouter les consultants et à lire les études sur la mobilité des ­entreprises, le véhicule de fonction vivrait ses dernières années. Le cabinet IHS Automotive a même évoqué sa disparition à l'horizon 2040.
> Lire l'article complet sur le site Le Monde

La RATP expérimente un bus autonome

Un test est en cours dans un dépôt de la RATP pour permettre aux véhicules de trouver eux-mêmes leur place et d'éviter les retards en début et fin de service. Développée par la RATP, l'industriel Iveco BUS et le laboratoire LIST du CEA, dans le cadre du programme européen "EBSF2", cette expérimentation bénéficie desdernières innovations en matière d'intelligence artificielle et de ­robotique dans les domaines de la reconnaissance de forme, de la visualisation 3D et du contrôle commande et planification. Celles-civisent, selon François Gaspard, du CEA List, à "réduire le temps que consacrent les conducteurs à récupérer ou à restituer leur autobus".
> Lire l'article complet sur le site Le Monde


Travel

AccorHotels rachète une plate-forme de réservation de restaurants

AccorHotels confirme son ambition dans la restauration, domaine qu'il a longtemps négligé. S'affirmant désormais comme un groupe de services aux voyageurs et aux hôteliers , le champion français de l'hôtellerie, numéro six mondial de son secteur, a annoncé lundi la finalisation de l'acquisition de la plate-forme de réservation pour restaurants ResDiary, pour un montant non précisé. Sur le papier, ResDiary pourrait conforter l'offre de restauration du site accorhotels.com ou même être ancré à AccorLocal, la nouvelle plate-forme du groupe visant à réserver les services à proximité de ses hôtels (petit-déjeuner, brunch, salle de sport, cours de yoga...).
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


IT

Quand le big data anticipe les coûts des catastrophes naturelles

L'application Vega évalue chaque ligne des futurs travaux de reconstruction avant même la survenue d'un événement climatique. Selon la Fédération française de l'assurance, les inondations du mois de janvier 2018 ont occasionné entre 25 000 et 30 000 sinistres. Et la facture finale atteindrait 150 à 200 millions d'euros, a-t-elle calculé courant février. Un délai de quelques semaines a donc été nécessaire pour faire remonter les informations des adhérents à la fédération. Ces estimations pourraient-elles être diffusées plus tôt et chiffrées plus précisément ? Avec l'avènement du big data, la réponse est oui. Ces prévisions sont l'apanage d'un outil informatique baptisé Vega, conçu par Saretec, un spécialiste de la prévention, de l'expertise et de la réparation, qui s'adresse essentiellement aux assurances et aux entreprises dotées d'un grand parc immobilier.
> Lire l'article complet sur le site Le Moniteur (réservé abonnées)

Du BIM à l'IOT, ces nouvelles technologies qui s'invitent dans l'immeuble

Qu'est-ce qu'un immeuble intelligent ? Avant tout celui dont la gestion est assurée de la manière la plus efficace grâce à la technologie. Mais, cela ne suffit plus. Bureaux flexibles, boutiques éphémères...un bâtiment doit désormais s'adapter aux exigences et aux attentes de ses utilisateurs BIM et l'IoT dans les immeubles n'étaient auparavant accessibles qu'aux grandes entreprises en raison de leur coût important d'installation et de maintenance. Aujourd'hui, grâce à la technologie sans fil, elles deviennent beaucoup plus agiles, accessibles à tous et peuvent même se financer grâce aux économies qu'elles génèrent. De plus, elles peuvent s'adapter aux bâtiments existants à moindre de coûts.
> Lire l'article complet sur le site Businessimmo


Commande publique

Reims et le Grand Reims contractualisent avec l'État

Les collectivités de Reims et du Grand Reims vont s'engager à limiter leurs dépenses. L'opposition tousse. D'ici la fin juin, les collectivités dont les dépenses de fonctionnement dépassent les 60 millions décideront - ou pas - de contractualiser avec l'État pour une durée de trois ans. Si oui, elles s'engageront à ne pas dépasser un taux de croissance des dépenses de fonctionnement de 1,2 % par an, inflation comprise. En récompense, elles pourraient obtenir un bonus de dotation à l'investissement.
> Lire l'article complet sur le site L'Union
(réservé abonnés)

Les multiples vertus des achats groupés pour les Sdis

Les Sdis de la zone de défense Sud-Est, confrontés à la raréfaction de leurs ressources, ont décidé d'optimiser leurs achats en groupant les marchés. Chaque service départemental d'incendie et de secours peut, selon ses besoins, participer à une procédure d'achats groupés. Un Sdis centralise les besoins, rédige le cahier des charges en harmonisant les pratiques et assume l'ensemble des démarches.
> Lire l'article complet sur le site La Gazette des communes

Rennes Métropole prépare sa transition post-carbone

Le conseil de Rennes Métropole vient de voter son projet de plan climat air énergie territorial (PCAET) qui prévoit d'accélérer sa trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La feuille de route poursuit une double ambition : diviser par deux, à l'horizon 2030, les émissions de gaz à effet de serre (GES) par habitant par rapport à 2010 et garantir à la population, et en particulier aux personnes les plus fragiles, un cadre de vie contribuant à la santé et au bien-être. Dix objectifs sont visés dont six dès 2024, et 109 actions concrètes sont prévues pour un budget de 350 M€ jusqu'en 2024.
> Lire l'article complet sur le site Caisse des Dépôts des Territoires

L'envol d'Horeca-Achat en Auvergne-Rhône-Alpes

Après seulement 2 ans d'activité, la centrale de référencement Horeca-Achat, dont le siège social est à Lyon, possède plus de 50 adhérents restaurateurs et une trentaine de fournisseurs mais ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. La société souhaite confirmer son développement en région Auvergne-Rhône-Alpes en doublant son nombre d'adhérents notamment en se concentrant sur le travail de sourcing.
> Lire l'article complet sur le site Le Journal de l'éco


Environnement de travail

Faites du sport ou bien... une sieste, c'est bon pour la productivité !

Ateliers de méditation et de sophrologie, séances de taï-chi, salles de sport, espaces détente, les entreprises ne manquent pas d'imagination pour tout à la fois améliorer le bien-être et la productivité de leurs salariés. Le bruit, la fatigue, les sensibilités de chacun peuvent en effet générer des tensions et une baisse de productivité. De quoi faire réfléchir les entreprises. Problème : l'employeur est souvent réticent à ce que ces moments soient pris sur le temps de travail et à sa charge. C'est là où le bât blesse.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Sanofi met l'accent sur le bien-être de ses salariés

Sur cinq de ses sites, équipés de bureaux "dynamiques" et d'une ribambelle de services sur mesure, le géant pharmaceutique cherche à bichonner ses collaborateurs. Objectif : cultiver un environnement de travail attractif et source de performance. Cet ensemble de services proposé aux salariés s'inscrit dans le cadre du programme "Take Care & Bwel !". "Tout l'enjeu est de sélectionner les bons services pour les collaborateurs afin de n'investir que dans des prestations qui apportent une réelle valeur ajoutée alignée avec les valeurs de Sanofi, poursuit-il. Pour nous guider dans nos choix, nous avons mis au point des indicateurs de performance qui nous permettent d'évaluer la pertinence de chaque service", explique Frédéric Prévôt, responsable du " facility management " chez Sanofi.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

La vie de bureau à l'ère du numérique

Textos, téléphone fixe oublié, bruit, réunionnite... Internet et smartphone transforment les relations et la façon de travailler. Le management à l'ère du numérique a-t-il tenu ses promesses vertigineuses? Le numérique devait soulever des montagnes, modifier les organisations en favorisant l'horizontalité, améliorer les dialogues à tous les niveaux des organisations... Au quotidien cela donne ça : 1. La communication passe de moins en moins par le verbe. 2. Le numérique n'a pas éradiqué la "réunionnite". 3. Le silence est devenu un luxe absolu. 4. Le bureau nous suit jusqu'à la maison. 5. Le téléphone fixe est devenu un outil médiéval.
> Lire l'article complet sur le site Le Figaro

Qualité de vie au travail : que valent vraiment les classements d'employeurs ?

En pleine guerre des talents, difficile pour les entreprises de ne pas tenir compte de ces palmarès qui prétendent mesurer la qualité de vie au travail. A mesure que la marque employeur et le bien-être au travail sont devenus des leviers puissants de recrutement, de nombreux classements ou labels ont débarqué en France : Top Employers , Randstad Employer Brand , Statista, Universum, LinkedIn, pour ne citer qu'eux. On en dénombre 100 à 150 chaque année dans le monde.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

De l'art subtil d'aménager les espaces professionnels

C'est la conjugaison du choix de l'emplacement, de sa fonctionnalité, du confort et du design qui fait que les salariés se sentent bien dans leur environnement de travail. Puisque les bureaux sont désormais un outil de management, les entreprises profitent des déménagements pour que leurs équipes s'approprient des modes de travail plus collectifs, sésames de leur transformation. Dans leur viseur : le "flex office", ou aménagement sans bureau attitré.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


Carrière/ Management... et autres

Pour manager, inspirez-vous des militaires !

Pour faire progresser leurs équipes, il n'est pas rare que managers et DRH s'inspirent du fonctionnement et des modes de management militaires des commandos. Si des analogies peuvent être faites entre les situations de management militaires et civiles, deux caractéristiques les différencient fondamentalement : d'une part, contrairement aux équipes en entreprise, les équipes des forces spéciales engagent au quotidien leur vie et celles de leurs collègues. D'autre part, la vie professionnelle des forces spéciales s'organise entre l'entraînement, l'engagement opérationnel et le repos. Un rythme que ne connaît pas le manager "civil", sur le front 47 semaines par an. L'entraînement intensif à la pratique du métier de manager, durant toute la vie professionnelle, ne fait en effet pas partie des codes des organisations civiles ; ce qui est sans doute regrettable.
> Lire l'article complet sur le site de Capital


la rédaction

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet