En ce moment En ce moment

Grande distribution : les PME bien placées dans la course !

Publié par le - mis à jour à
Grande distribution : les PME bien placées dans la course !
© Strezhnev Pavel - Fotolia

Grâce à leurs marques propres et à la production de produits sous marque de distributeur, les TPE et PME constituent un véritable levier de croissance pour la grande distribution. Revue de détail du 2e baromètre PME/Grande Distribution de la FCD et de la FEEF.

  • Imprimer

Les PME, qu'elles soient françaises ou étrangères, contribuent plus à la croissance des grandes et moyennes surfaces que les grandes entreprises et les marques de distributeur (MDD). C'est ce qui ressort du 2e baromètre PME/Grande Distribution de la FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution) et de la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France).

Concrètement, les PME participent à 27 % aux gains de chiffre d'affaires contre 25 % pour les grands groupes et 24 % pour les MDD.


Toujours plus de petits fournisseurs français

Autre enseignement, les TPE représentent près des trois quarts des fournisseurs des enseignes de la grande distribution, une part stable par rapport à 2015. Le gros des troupes (plus des deux tiers) est constitué d'entreprises françaises.

Les PME hexagonales tirent aussi leur épingle du jeu : elles sont 1 073 à fournir la GMS, soit 8,9 % des fournisseurs.

Et le nombre de petits industriels tricolores ne cesse d'augmenter (+ 18,5 % en deux ans) au détriment des TPE et ETI étrangères, et des grands groupes français.

La force des petits fournisseurs français ? Leur montée en gamme et leur positionnement notamment sur le bio qui permettent aux distributeurs de se différencier et de valoriser leur assortiment.

Le nombre de références évolue positivement également, d'environ 7 % : une progression qui profite aux TPE et PME françaises (respectivement + 60 % et + 17 % de produits référencés). En revanche, les ETI hexagonales perdent du terrain avec 35 % de produits déréférencés.

Les marques de PME n'ont pas la place qu'elles méritent dans les rayons

Néanmoins, ces chiffres positifs pour les industriels français doivent être relativisés.

L'offre des TPE et PME françaises culmine à peine à 12,6 % du total des produits référencés, à 18,2 % en intégrant les ETI françaises ! L'offre en GMS repose essentiellement sur les MDD (25,7 %) et les grands groupes étrangers (30,8 %).

D'ailleurs, les MDD sont largement favorisées dans les rayons : 37 % des linéaires leur sont dédiés alors qu'elles ne représentent que 26 % des ventes. Les références des PME et des grands groupes sont bien moins bien loties.

Néanmoins, derrière les marques de distributeur, se cachent bien souvent des petits industriels : la production des MDD est, en effet, majoritairement confiée aux TPE et PME françaises qui, avec les fabricants étrangers, grignotent des parts de marché aux grands groupes tricolores.

Autre constat, plus le produit est premium, plus les enseignes privilégient les petits industriels hexagonaux.

Enfin, 60 % du chiffre d'affaires lié aux MDD (+ 9 % par rapport à 2015) est réalisé par des TPE PME françaises.


Lire aussi:

- Quel est le rôle des achats dans la stratégie MDD des distributeurs ?

- Les PME captent une plus grande part d'achat des grands groupes

- Grande consommation : quel est le vrai coût des prix bas ?


Méthodologie
Sources de données : données distributeurs Nielsen Scan Track pour mesurer la performance (ventes) de tous les magasins hypermarchés et supermarchés / base produits Nielsen pour qualifier la typologie de produits (bio, premium) / base magasins Nielsen pour qualifier la typologie des fabricants (TPE, PME, ETI, Groupes) / fichiers fournis par chaque distributeur* qui identifient pour chaque produit de marque propre de leur référentiel le fabricant et le pays d'origine (étude MDD).
Période étudiée : CAM P08 2018 (CAM : Cumul Annuel Mobile).
Circuits étudiés : GMS = HM + SM (hypermarchés + supermarchés) / SDMP (Supermarchés à Dominante Marques Propres) anciennement appelé Hard Discount.
Rayons suivis : PGCFLS au sens Nielsen / Epicerie salée et épicerie sucrée - Liquides (alcools et sans alcool) - Droguerie/Entretien et Hygiène/Beauté/Parfumerie - Frais libre-service et surgelés - Bazar courant (équipement lourd et hors textile) avec pour chaque produit la caractéristique bio/non bio.
*Hors Intermarché, E.Leclerc, Lidl et Aldi non participants à ce baromètre.



La rédaction vous recommande

Sur le même sujet