En ce moment En ce moment

[ITW] Risk management : "Les directions achats ont tendance à sous-estimer l'importance des couvertures assurances"

Publié par le
[ITW] Risk management : 'Les directions achats ont tendance à sous-estimer l'importance des couvertures assurances'

Quels types d'assurances pour quels types de risques sont importants ?

Avant de parler d'assurances, il faut resituer ça dans une politique de gestion de risque plus large. Une bonne pratique consiste à évaluer le dispositif de gestion de risque de ses principaux fournisseurs : comment est organisée leur gestion de risque ? est-ce qu'ils font une cartographie de leurs risques ? quels dispositifs de prévention ont-ils mis en place ? quels dispositifs de gestion de crise et de continuité d'activité ?... Et enfin, pour le risque dit "résiduel", quelle est leur politique assurance ? Qu'est-ce qu'ils transfèrent au marché de l'assurance ? Quelles polices ont été mise en place ?

Intégrée dans un processus d'audit par exemple, cette évaluation permettra d'apprécier la maturité des fournisseurs en matière de gestion de risque et pourra être intégrée dans des critères de qualification et de suivi de performance. Savoir par exemple qu'un fournisseur a souscrit une police "Dommages" avec des montants de garanties conséquents auprès d'un assureur "solvable" permet de savoir qu'en cas de sinistre type incendie ou catastrophe naturelle le fournisseur pourra compter sur son assureur pour financer son redémarrage le plus rapidement possible. Savoir qu'il a une police RC de qualité permet de savoir qu'il est garanti pour les conséquences financières de sa responsabilité vis-à-vis de dommages causés à ses clients... Sans assurance, il devrait le faire sur ses fonds propres.

Cela ne dédouane pas de vérifier de façon plus détaillé en particulier le contenu précis de la police Responsabilité civile pour s'assurer de sa conformité avec sa politique assurance au moment de la signature d'un contrat, mais cela permet d'identifier un risque potentiel au moment de la qualification d'un fournisseur par exemple ou de discriminer 2 fournisseurs entre eux.

Parmi les principales polices on peut citer :

Police Dommages Directs et Pertes d'Exploitation (DDPE)

L'assurance Dommages Directes et Pertes d'Exploitation (DDPE) permet à l'entreprise de s'assurer contre les dommages matériels directs sur ses sites causés par les événements garantis (incendie, explosion, dégât des eaux,...), et également de compenser les effets de la diminution du chiffre d'affaires / perte de marge et de faire face à ses charges fixes en couvrant les frais généraux permanents (amortissements, impôts et taxes, loyers, rémunération du personnel, intérêts d'emprunt...). Après un sinistre grave, l'entreprise touchée doit faire face à une baisse d'activité souvent longue, voire à un arrêt total de sa production entraînant des conséquences financières importantes. L'indemnité versée au titre de la garantie des pertes d'exploitation est destinée à compenser la baisse du chiffre d'affaires. Elle permet de replacer l'entreprise dans la situation financière qui aurait été la sienne si le sinistre n'avait pas eu lieu. En extension de la garantie "Pertes d'Exploitation", la très grande majorité des contrats d'assurance prévoient une garantie "carence fournisseurs", voire parfois une garantie "carence clients". Elle fonctionne lorsque la carence du fournisseur est liée à un événement qui a touché un établissement de ce dernier, qui n'a donc pas pu livrer correctement ou dans les temps son ou ses clients. Il faut, pour que cette garantie fonctionne, que l'événement ait un fait générateur ayant touché le fournisseur, d'une nature couverte par le contrat dommages aux biens de l'assuré.

La Police Responsabilité Civile (RC)

L'assurance responsabilité civile permet à l'entreprise de garantir les conséquences financières de sa responsabilité vis-à-vis de dommages corporels, matériels ou immatériels causés à des tiers (clients, visiteurs...) pendant l'exercice de son activité. Lorsque le fait générateur qui a empêché le fournisseur de livrer son client ne relève pas de garanties de dommages aux biens (ex : fourniture de composants de mauvaise qualité entrainant un arrêt de production), l'entreprise qui subit la perte d'exploitation peut demander à être dédommagée au titre de la police Responsabilité Civile de son fournisseur, pour peu que ce dernier soit correctement assuré en la matière. De la même manière, lorsque la rupture de la Supply Chain a entrainé une incapacité de l'assuré à tenir ses engagements contractuels en terme de délais (ex : retard de livraison dû aux fournisseurs de matières ou de composants, à un incident en-cours de transport...) et/ou en terme de performance des produits livrés (ex : composants fournisseurs défectueux, montés dans le produit fini et livrés au(x) client(s)), c'est sa propre police Responsabilité Civile qui pourra couvrir tout ou partie des éventuels dédommagements demandés par ses clients et les éventuels coûts de rappel de produits (hors coût des produits eux-mêmes qui n'est généralement pas couvert dans les garanties rappel de produits)

Lire la suite en page 3 : Les bonnes pratiques d'une politique d'assurances

Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet