Mon compte Devenir membre Newsletters

(Tribune) "Le budget emballage des entreprises est largement optimisable"

Publié le par

Curieusement, le poste de dépenses "emballages" est souvent considéré avec moins d'attention par les entreprises que d'autres de moindre enjeu, or le potentiel est très large et des leviers d'optimisation existent. Voici quelques clés et leviers pour optimiser ce budget.

(Tribune) 'Le budget emballage des entreprises est largement optimisable'

En 2014, les entreprises ont dépensé 18 milliards d'euros en emballages, un budget identique à celui de l'ensemble de leurs assurances, et deux fois supérieur à celui des télécoms. Les industriels et marchands en gros, notamment les activités fortement consommatrices telles que les boissons, sont les plus impactés par ces dépenses qui peuvent atteindre 12 à 15% du chiffre d'affaires et sont dépendantes de la forte volatilité des prix des matières premières.

Curieusement, ce poste de dépenses est souvent considéré avec moins d'attention par les entreprises que d'autres de moindre enjeu, or le potentiel est très large et des leviers d'optimisation existent. Pour avoir une vue d'ensemble, il faut aller au-delà des seuls montants d'achats d'emballages et considérer aussi les coûts logistiques associés, les rendements et rebuts lors de la mise en oeuvre, les contributions telles que les écoemballages. Il s'agit d'apporter une position proactive, décorrélée des phénomènes de variation des prix des emballages sans négliger pour autant un suivi précis de cette fluctuation pour bénéficier aussi des périodes de baisse des cours et pas seulement des hausses vite relayées par les fournisseurs.

Rechercher les emballages les plus adaptés

Un premier levier consiste à utiliser les emballages les plus adaptés et qui prennent en compte les diverses contraintes en termes de qualité, production, logistique, marketing.

Si la prise en compte globale des diverses contraintes reste encore souvent une utopie, des réflexions peuvent être menées, notamment sur des problématiques a priori simples telles que la mise en carton avant expédition au client : mécanisation ou pas ; formats et qualité des cartons mis à disposition des préparateurs ; calage des produits dans le carton ; fermeture et protection du carton ; regroupement sur la palette...

Mettre en adéquation les offres aux besoins est une démarche permanente car les solutions de demain ne sont pas celles d'aujourd'hui. Les propriétés des emballages évoluent sans cesse, élargissant chaque jour le champ des possibles et permettant de nouvelles solutions plus efficaces.

Bénéficier des innovations en lien avec l'écologie et profiter de la concurrence

De nouvelles solutions émergent en lien avec les préoccupations environnementales des consommateurs et relayées par les distributeurs. A titre d'exemple, l'écoconception contribue à améliorer les matériaux et les procédés industriels, à alléger les emballages, favoriser le recyclage (éviter la multiplication des matériaux utilisés et leur séparation pour le consommateur) et la réutilisation.

Le marché des emballages est particulièrement vaste et concurrentiel. L'offre est assurée par des centaines d'entreprises, aussi bien des multinationales dans le segment du verre creux (bouteilles, flacons, pots ...) qu'une multitude de PMI dans le segment des films plastiques. Mais cette grande dispersion des offres combinée à l'innovation permanente des industriels rend plus complexe encore l'identification des meilleures solutions.

Jouer le jeu des partenariats

L'échange, la communication avec les fournisseurs, l'engagement des partenaires sont bien souvent des leviers insuffisamment exploités. Un des moyens les plus sûrs pour réaliser durablement des économies est de trouver des solutions gagnantes pour les deux partenaires, comme par exemple faire bénéficier son fournisseur des prévisions d'activité, ne pas imposer des livraisons fréquentes à délais courts quand d'autres solutions pourraient être envisagées...