Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] Les achats de prestations d'ingénierie, un enjeu financier

Publié le par

Parce que la définition du besoin se fait par une réflexion technique et stratégique sur le coeur de métier et parce qu'ils font appel à des problématiques juridiques, les achats de sous-traitance d'ingénierie sont parfois complexes à structurer et à optimiser...

[Tribune] Les achats de prestations d'ingénierie, un enjeu financier

Alors que les achats représentent 50 à 60 % du montant total des coûts d'un projet, leurs réductions représentent un enjeu financier important. En effet, les deux principales composantes pour sa réussite reposent sur la gestion performante des ressources et l'optimisation de l'ensemble des coûts en achat d'équipement et de prestations. Les achats de prestation d'ingénierie peuvent représenter une part importante du budget achats d'un projet (jusqu'à environ 15%). Comment peut-on les optimiser?

Parce que la définition du besoin se fait par une réflexion technique et stratégique sur le coeur de métier et parce qu'ils font appel à des problématiques juridiques, les achats de sous-traitance d'ingénierie sont parfois complexes à structurer et à optimiser surtout si l'on souhaite passer d'un modèle "assistance technique" à un modèle "forfait".

L'expression du besoin : définition des lots d'études

Les métiers de l'ingénierie (mécanique, électricité, contrôle commande), en concertation avec les achats, peuvent repenser leur manière de sous-traiter leurs travaux en préconisant des lots d'études décomposés en taches élémentaires appelées unité d'oeuvre unités d'oeuvre. Ces "forfait" sont bien souvent opposés à l'assistance technique. Le besoin se définit à l'aide du cahier des charges qui est essentiel pour la réalisation d'un projet. Il définit les domaines d'expertises et livrables déterminés à l'avance, suivant des critères de qualité, de prix et de délai. Afin d'obtenir des livrables de bonne qualité l'acheteur et le client interne déterminent ensemble des métriques qui formeront un lot d'études.

Optimisation des achats d'ingénierie

L'optimisation passe par l'émission d'un cahier des charges décrivant les prestations sous forme d'unités d'oeuvre. L'acheteur met donc en place des contrats en mode "forfait", cela lui permet de confier plus de volume d'activités à un même fournisseur. La conséquence directe est une réduction assez sensible du nombre de fournisseurs et de commandes.

On peut également choisir d'externaliser certaines prestations, notion de "make or buy", afin de se recentrer sur son coeur de métier et donc confier les activités à un panel de fournisseurs réduits et identifiés par métier. Cette stratégie nécessite néanmoins une réflexion technique très approfondie, car il est indispensable d'avoir une bonne maîtrise de son périmètre d'activités et des données d'entrées claires issues des projets. Ce choix comporte néanmoins certains risques comme l'augmentation de la chaîne de sous-traitance due à un manque de compétences potentielles des fournisseurs de rang 1.

Lire la suite en page 2 : Risques contractuels et Limites du modèle forfait