Mon compte Devenir membre Newsletters

Business case: le grand projet de transformation des achats de Nexans

Publié le par

Le groupe Nexans spécialisé dans la fabrication de câbles électriques a lancé un programme de transformation de son processus achats à l'échelle mondiale baptisé "Pace 2017". Un programme organisé notamment autour du déploiement d'outils e-achats avec les solutions SAP Ariba.

Business case: le grand projet de transformation des achats de Nexans

"Il y a un an et demi, le groupe a demandé de remanier les fonctions supports pour améliorer un grand projet de transformation achats lancé en 2015", explique Thiéry Bourany, directeur de la transformation achats groupe au sein de Nexans, spécialisé dans la fabrication de câbles électriques, à l'occasion de la conférence sur les achats indirects, organisée par Crop and Co et Acxias le 30 juin dernier.

Ainsi, le projet baptisé "Pace 2017" a été lancé en juin 2015 pour améliorer les achats. Cette politique passe notamment par une "révision mondiale du processus achat depuis le market jusqu'à la facture, le sourcing, la négociation, etc... pour en faire un processus unique, détaille Thiéry Bourany, mais également le déploiement d'Ariba SAP à l'ensemble du groupe et l'externalisation de toute la fonction appro et e-proc avec la création d'un purchasing shared services (PSS) avec des prestataires externes dans des pays low-cost (Roumanie, Chine, Inde)". De plus, la fonction procurement a été externalisée (hormis la partie sourcing et la partie négociation) auprès de la société Genpact.

Déployer les outils SAP Ariba à l'échelle mondiale

"Les solutions SAP Ariba sont au coeur du projet de transformation des achats", précise Thiéry Bourany de Nexans. Ainsi, l'outil e-procurement de SAP Ariba concerne tous les achats indirects dans 20 des 40 pays du groupe et impacte près de 4000 personnes, dont 1000 rien qu'en France et en Allemagne. De son côté, la solution collaborative sourcing concerne l'ensemble de la communauté achats mais seulement 150 acheteurs Nexans seront impactés.

Le choix a été fait d'une solution web pour l'outil d'e-procurement SAP Ariba software dès 2011 à la suite d'un appel d'offres [NDLR : SAP a racheté Ariba en 2012]. "A l'époque, nous cherchions une meilleure compliance des achats. Nous n'avions pas de vision sur les achats sans commande. Et nous avions alors besoin de les tracker pour les rentrer dans des commandes claires", explique le directeur de la transformation achats groupe. Aujourd'hui l'outil Ariba gère à la fois l'e-proc et l'e-sourcing. Un travail de longue haleine a été fait en amont, car au départ, Nexans compte 15 ERP et 6 bases SAP différentes (Oracle, Sage, ..) soit un total de 15 bases fournisseurs différentes. Avec un but au final : la création d'une base unique pour Ariba. L'e-procurement concerne alors 1000 utilisateurs sur près de 25 sites en France et en Allemagne, 25 000 commandes par an, 2500 vendeurs et 70% des factures électroniques auprès de 200 fournisseurs.

Le premier gros chantier du projet pour le déploiement des solutions e-achats a été de regarder à la loupe le panel achats (spot ou non) et de "déterminer le profil achat de chacun des pays afin d'établir une base pour le prestataire, détaille Thiéry Bourany et d'ajouter mais le plus compliqué est d' accompagner le changement".

"15 à 20% d'efficience de coût de la fonction achat"

Dans la mise en place du projet "PACE 2017", le déploiement des outils a débuté à l'est du globe. Ainsi, parmi les premiers pays impactés, la Chine et la Corée du Sud ont déjà été équipées. La Grèce le sera en juillet et la Belgique en août. L'Amérique sera le dernier impacté.

"Au final, nous visons un gain de 15 à 20% d'efficience de coût de la fonction avec un ROI de 2 ans. (1/ 3 sur les professionnels, 1/3 sur les achats)", souligne Thiéry Bourany, soit près de 400 à 500 millions d'euros de gains au final dont 80 millions d'euros rien que pour la France. A noter que les achats de transport, d'énergie et de voyages d'affaires ne sont pas compris dans le scope.

Des améliorations restent à faire en ce qui concerne "l'ergonomie des catalogues ou encore la vitesse des outils". Mais parmi les bénéfices affichés, le directeur de la transformation achats groupe cite "une meilleure efficacité des process, des savings, une rationalisation du panel mais aussi davantage de transparence. Sans compter qu'avant les équipes achat réparties sur différents sites ne se parlaient pas. Aujourd'hui, elles partagent davantage".