Mon compte Devenir membre Newsletters

"Les supply ne sont plus linéaires; ce sont des réseaux et les entreprises ont perdu le contrôle"

Publié le par

Le cas Hanji met en lumière le manque de visibilité dont souffrent les entreprises sur leurs supply chain... un mois après le dépôt de bilan de l'armateur sud-coréen, certains grands comptes découvrent que leurs marchandises sont bloquées en mer. Une disruption alors gérée dans l'urgence...

'Les supply ne sont plus linéaires; ce sont des réseaux et les entreprises ont perdu le contrôle'

14 milliards d'euros d'inventaire sont actuellement bloqués dans les eaux territoriales américaines suite à la faillite de l'armateur sud-coréen Hanji (7e armateur mondial pour le transport de conteneurs) qui a déposé le bilan le 5 septembre dernier et demandé son placement en redressement judiciaire aux États-Unis afin d'éviter la saisie de ses bateaux par ses créanciers. Sur les dits bateaux -environ 80, soit la moitié de la flotte de l'armateur -, des Hommes qui ne peuvent rentrer chez eux, et des marchandises de tout ordre - produits finis et matières premières- qui attendent d'être livrées... Et derrière ces 500 000 containers, des entreprises qui vont avoir des problèmes de stocks ainsi que des fournisseurs qui ne sont pas payés. Suite à cette disruption et au retard que les entreprises n'avaient pas anticipé, certains magasins craignent des ruptures de livraisons pour les fêtes de fin d'année.

Si pour beaucoup, fournisseurs comme donneurs d'ordres, l'heure est à la gestion de crise, certains grands comptes découvrent seulement maintenant qu'ils sont concernés, relate Guy Courtin, Vice President Industry & Solution Strategy, Retail and Fashion de GT Nexus. "Nous avons des clients qui ignoraient que leurs marchandises étaient transportés par Hanji car leurs prestataires avaient sous-traité des marchés et les donneurs d'ordre n'ont pas une visibilité totale de leur supply chain. C'est en consultant notre plateforme pour voir où en étaient leurs livraisons qu'ils ont découvert être concernés..." Guy Courtin constate que "les supply souffrent d'un manque de transparence depuis les années 80 -90 où toutes les entreprises ont essayé de fabriquer à bas coût en passant par des fournisseurs qui ont eux-même sous-traité. Les supply ne sont plus linéaires; ce sont des réseaux et les entreprises ont perdu le contrôle".

"Il leur faut un miroir physique de la supply chain"

Difficile dans ce cas de gérer les risques et d'être réactif en cas de crise. "Il est primordiale, pour les entreprises, d'avoir de la visibilité. Cela ne permet pas d'éviter tous les risques, mais bien de savoir comment réagir, de réagir plus vite.. et de faire des arbitrages", commente Guy Courtin. "En cas de difficulté, comme dans le cas de Hanji, les entreprises doivent impérativement avoir une visibilité sur l'état de leur stock, sur les commandes et leur historique avec les clients pour pouvoir connaître les impacts et arbitrer sur l'allocation des stocks. Savoir qui elles vont livrer en premier et qui elles vont faire patienter. Quelles nouvelles commandes elles peuvent passer et où. Il leur faut connaître le réseau et ses inventaires pour prendre les meilleurs décisions en fonction du business. Il leur faut un miroir de la supply chain physique."

Or toutes les entreprises n'ont pas cette visibilité en temps réel.... Lire la suite en page 2