Mon compte Devenir membre Newsletters

Les principaux indicateurs achats

Publié le par

Piloter un avion sans instrument de bord n'est a priori pas une bonne idée, il en va de même pour un service achats...

Les principaux indicateurs achats

La définition d'une stratégie n'est pas suffisante pour obtenir des résultats. Il faut également piloter ses ressources pour atteindre les objectifs fixés. Le pilote d'avion a son altimètre et sa radio, le directeur achats doit lui disposer d'indicateurs. Le choix des bons indicateurs est essentiel et spécifique à chaque cas. Selon les objectifs fixés au service achats, différents types d'indicateurs seront mis en place.

Mesure de l'efficacité VS mesure de l'efficience

Un indicateur, s'il est associé à un objectif, est un outil de mesure de la performance. La performance permet de mobiliser les équipes ainsi que les ressources et donne du sens aux actions.

Il existe deux grands types d'indicateurs de performance : les indicateurs d'efficacité et les indicateurs d'efficience.

Les indicateurs d'efficacité comparent les résultats atteints aux objectifs fixés, en d'autres termes nous comparerons ici une performance réalisée à une performance ciblée. Comme par exemple, le montant réel des dépenses par rapport au budget ou la rationalisation du panel fournisseurs en comparant le nombre de fournisseurs actifs sur une période donnée. Ils permettent d'optimiser la gestion et le pilotage à court et à moyen terme.

Les indicateurs d'efficience. L'autre façon de regarder la performance est de s'intéresser à l'efficience, c'est-à-dire les résultats obtenus par rapport aux moyens engagés. Une organisation est efficiente si elle atteint les objectifs fixés en optimisant les ressources utilisées. Dans certains cas, ce deuxième type d'indicateur est beaucoup plus puissant puisqu'il met en évidence le ROI de la fonction achats et permet de mesurer sa contribution à la stratégie globale de l'entreprise. Il est cependant également beaucoup plus complexe à mettre en oeuvre.

Le responsable achats doit recevoir le soutien des équipes de contrôle de gestion pour mettre en place une méthode de calcul des gains et des coûts qui doit être incontestable ou au moins incontestée.

Les principaux indicateurs d'efficacité utiles aux achats

Un des rôles importants des indicateurs est de décrire un service achats. Les indicateurs d'activité permettent de mesurer les aspects quantitatifs relatifs à l'activité du service. Ils décrivent les moyens mis en oeuvre comme par exemple le nombre d'ETP, le nombre d'heures de formation effectués, le taux de rotation des effectifs. Ils peuvent aussi mettre en évidence l'activité même du service : nombre de contrats signés, pourcentage d'achats en LCC, nombre de fournisseurs, spend total ou gains achats. Ces indicateurs sont importants car ils permettent de dresser une véritable carte d'identité du service achats puis de piloter son évolution dans le temps en fonction des orientations stratégiques.

L'autre axe important est le suivi de la qualité. Ce suivi nécessite des indicateurs spécifiques à chaque métier mais qui doivent être compréhensible par tous. Les indicateurs les plus classiques sont les taux de rebut, les taux de panne ou les taux de retard de livraison. En tant qu'acheteur il est également indispensable de s'intéresser à la perception des clients internes. Pour cela nous utiliserons des indices de satisfaction. Il est nécessaire de pouvoir suivre ces indicateurs pour chaque fournisseur afin de donner aux acheteurs de nouveaux leviers de négociation et de mieux piloter l'amélioration de la performance des fournisseurs. Voici quelques exemples pour illustrer ce point : les indicateurs liés au niveau de qualité tel que le nombre de pièces non conformes par million de pièces produites, le délai de traitement d'une commande par les fournisseurs.

Parmi les indicateurs classiques achats, nous retrouvons les indicateurs quantitatifs liés aux réductions des coûts tels que les productivités techniques liées à une modification du produit, les productivités logistiques liées à la mise en place de praticables permettant de réduire le budget packaging, ou encore les productivités économiques liées aux négociations menées avec les fournisseurs.

Lire la suite en page 2: Piloter avec un tableau de bord


Mot clés : Achats |

Par Olivier Wajnsztok, directeur associé de AgileBuyer