Mon compte Devenir membre Newsletters

Le business travel peu impacté par les attentats de novembre

Publié le par

Page 2 sur 2


Perception du risque

Chez Morning Croissant, site de location meublée, l'impact a été plus modéré encore, malgré le report de quelques événements business phare à Paris, comme le salon des Maires décalé au printemps 2016. "Nous avons, certes, eu quelques annulations dans la capitale et à Lyon, suite, par exemple, à l'annulation de formations, mais globalement nos chiffres sont restés stables par rapport à l'année dernière, sur la même période", indique Alix Tafflé, cofondateur de la start-up, pour qui "le tourisme d'affaires a donc sa propre logique et ne semble pas dépendre du tourisme classique".

Mais pourquoi le marché du business travel avance-t-il ainsi à contre-courant ? "Tout simplement parce que la perception du risque n'est pas la même pour un salarié en déplacement pro que pour un père de famille en vacances avec ses enfants, commente Pascal Jungfer, CEO du cabinet Areka Consulting, il n'est donc pas étonnant que les annulations soient davantage légion dans le secteur du tourisme de loisirs que dans celui du tourisme d'affaires". À cela s'ajoute une raison plus évidente encore : "le caractère bien plus stratégique, voire obligatoire, d'un déplacement professionnel", poursuit le CEO, en rappelant que "les entreprises se doivent d'aller chercher le business là où les relais de croissance se trouvent, et notamment en Europe".

Outils de tracking

Ainsi, malgré les consignes du gouvernement américain invitant encore à la plus grande prudence en France et en Europe, les sociétés nord-américaines - qui ont elles aussi émis des alertes en interne sur de tels déplacements - ont toutefois refusé de céder à la peur en annulant des rendez-vous d'affaires essentiels pour la pérennité de leur business. "Les grands comptes réagissent d'autant moins sous le coup de l'émotion qu'ils ont, pour la plupart, déjà déployé une batterie de dispositifs en matière de prévention des risques allant de simples consignes envoyées sur smartphone à la mise en place d'outils de tracking propres à géolocaliser les collaborateurs en temps réel. De quoi rassurer leurs voyageurs d'affaires qui se déplacent -pour le plupart - dans un cadre assez sécurisant pour surmonter l'anxiété éventuelle suscitée par le terrorisme", conclut Pascal Jungfer.