Mon compte Devenir membre Newsletters

Le business travel peu impacté par les attentats de novembre

Publié le par

Les experts sont formels : l'impact des attentats sur l'hôtellerie parisienne concerne principalement le tourisme de loisirs. Si l'incidence serait insignifiante sur les déplacements professionnels, c'est parce que le business travel répond à une dynamique qui lui est propre. Focus.

Le business travel peu impacté par les attentats de novembre

Alors que le secteur du tourisme de loisirs a subi une chute considérable d'activité après les attaques terroristes qui ont frappé la capitale en ce mois de novembre 2015, - une baisse de 30 à 40 % pour les hôtels parisiens de 4/5 étoiles d'après l'office du tourisme et des congrès de Paris , et une réduction de 27 % des vols vers la ville lumière, selon une étude ForwardKey - force est de constater qu'une telle perturbation est loin de concerner les déplacements professionnels.

Vague d'annulations dans les 72h après les attaques

L'agence Reuters cite Olivier Jager, le directeur général de ForwardKeys : "cette chute des réservations est surtout visible dans la catégorie touristes, et ne concerne pratiquement pas les déplacements d'affaires". Constat similaire dressé par un sondage Gallup réalisé auprès de 1100 entreprises américaines révélant que peu de voyageurs d'affaires auraient annulé leurs déplacements en Europe après les attentats.

Certains acteurs du business travel relativisent toutefois le "faible" impact des attentats. À l'instar de Ziad Minkara, cofondateur de CDS Group, plateforme hôtelière spécialisée dans le voyage d'affaires, qui évoque "un impact ponctuel, même s'il n'est pas majeur". D'après ce dernier, "l'industrie hôtelière d'affaires a connu une vague d'annulation et de reports de séjours durant les 72 heures qui ont suivi les attaques. Nombre d'hôteliers partenaires ont perdu des réservations en direct provenant de l'étranger. Face à des chambres soudainement disponibles, ils ont donc mis fin au surbooking". Et d'ajouter "Chez CDS Group, nous avons ainsi accusé une baisse d'activité de 40 %. Mais contrairement au tourisme de loisirs, tout est revenu dans l'ordre dans les quelques jours ayant suivi les attentats".

Lire la suite en page 2: Perception du risque et Outils de tracking