Mon compte Devenir membre Newsletters

Travel - La quantité de "bleisure" est restée inchangée sur les cinq dernières années

Publié le par

Selon une étude CWT publiée ce 12 juillet, 20% des voyageurs d'affaires effectuent des déplacement "bleisure" chaque année, comme c'était déjà le cas en 2011. Reste que les responsables voyages d'affaires et les fournisseurs doivent considérer les besoins de ceux qui pratiquent le bleisure.

Travel - La quantité de 'bleisure' est restée inchangée sur les cinq dernières années

Ajouter un temps de loisirs à un voyage d'affaires peut sembler un phénomène nouveau. Mais une étude de CWT Solutions Group - "Combiner les déplacement affaires et loisirs- un regard quantitatif sur le phénomène du bleisure" - menée sur 29 millions de voyages d'affaires- , et dont les résultats sont publiés ce 12 juillet, montre que la quantité de bleisure est restée inchangée sur les cinq dernières années. Les résultats quantitatifs ont montré qu'un voyageur d'affaires sur cinq effectue des voyages bleisure chaque année, ce qui représente 7% de tous les voyages d'affaires.

Dans près de la moitié des voyages bleisure, ces jours de loisirs personnels se produisent à la fin du voyage ; dans 34 % au début, alors que pour les 20 % restant le temps de loisirs se produit aux deux extrémités du voyage. "On parle de plus en plus du concept de voyageurs intégrant des jours de loisirs à leurs voyages d'affaires - ou bleisure - il est donc surprenant de voir qu'il n'y a pas eu d'augmentation réelle du bleisure récemment, commente Catalin Ciobanu de CWT Solutions Group. "Nous observons que les voyageurs bleisure ont tendance à effectuer un ou deux voyages bleisure chaque année, quel que soit leur segment démographique ou leur fréquence de voyage".

D'autres observations montrent que les femmes sont plus susceptibles d'effectuer des voyages bleisure que les hommes. En outre, les plus jeunes voyageurs sont beaucoup plus susceptibles d'ajouter du temps loisir à leurs déplacements professionnels. Ces deux tendances sont expliquées par un volume de voyage d'affaires plus réduit dans chacun de ces deux segments : celui des femmes et celui des jeunes.

La distance a également un impact majeur: plus le vol est long, plus la probabilité de séjour bleisure est importante. L'attractivité bleisure d'une destination dépend de la ville d'origine. Par exemple, la route de San Francisco à Londres a un taux bleisure de 23 %, par rapport à Paris-Londres, avec un taux de seulement 2%. "Ces résultats sont intéressants en eux-mêmes, car ils nous aident à comprendre le mécanisme bleisure", commente Catalin Ciobanu. "Plus important encore, l'industrie du voyage a besoin de s'adapter à ces comportements. Pour les gestionnaires de voyages d'affaires, l'enseignement principal est la nécessité de prendre en compte le phénomène bleisure dans leur politique voyages, en particulier les programmes ayant un volume important de voyages long-courriers. Il y a également des enseignements à tirer pour les fournisseurs: connaître les voyageurs les plus susceptibles d'effectuer un déplacement bleisure leur permettra de mieux anticiper et répondre à leurs besoins."

Télécharger l'étude complète en anglais

Télécharger la synthèse en français

*CWT Solutions Group a analysé un ensemble de données de voyages d'affaires enregistrées par CWT dans le monde entre 2011 et 2015. La définition de bleisure nécessite la nuit du samedi à destination, soit au début soit à la fin du déplacement professionnel, ou les deux.