Mon compte Devenir membre Newsletters

Travel: Le champ des possibles des cartes de paiement btb

Publié le par

Cartes virtuelles, logées, individuelles ou évènementielles, les cartes de paiement corporate s'imposent à la fois comme moyen de paiement et outil de gestion des dépenses travel.

Travel: Le champ des possibles des cartes de paiement btb

A l'occasion du salon IFTM Top Résa, Jean Drevon-Barreaux, secrétaire général de l'AFTM, est revenu sur le champ des possibles des cartes de paiements corporate.

En tête des avantages qu'elles offrent aux entreprises, il a pointé le reporting des dépenses travel, les avantages financiers et la simplicité des process car une quasi disparition des factures papier, un contrôle des dépenses simplifié et un process simplifié pour le voyageur.

Ces moyens de paiements permettent également aux entreprises d'en finir avec les avances de frais donc limitent les retraits d'espèces, simplifie la gestion des notes de frais et offrent une visibilité globale des dépenses ainsi qu'un meilleur contrôle.

Quelle carte pour quelle utilisation ?

Il n'existe pas de solution unique mais plusieurs sortes de cartes qui répondent à des besoins bien précis.

- La carte individuelle : pour toutes les dépenses travel sauf celles liées aux grands évènements et groupes.

- La carte logée : principalement pour l'aérien et le train, sauf pour des dépenses évènementielles.

- La carte virtuelle : carte avec numéro temporaire utilisable en "one shot" pour un évènement (mais le produit est récent et pas toujours connu et intégré dans les outils SBT).

- La carte évènementielle

Faut-il faire un RFP ?

"Oui, a rappelé Jean Drevon-Barreaux, mais attention à bien vérifier que tout le monde soit intégré dans le projet : les RH, le top management, les finances, la comptabilité ainsi que le comité d'entreprise et surtout bien analyser l'adéquation entre les besoins réels et l'offre."

S'adressant aux acheteurs travel présents, il a lancé qu'ils ne devaient pas "hésiter à être les VRP des cartes de paiement en interne pour les vendre aux prescripteurs en avançant les bons arguments".