Mon compte Devenir membre Newsletters

Praticité, prix, conformité : le voyageur d'affaires européen fait ses choix

Publié le par

Comportements des voyageurs d'affaires : Concur dévoile les résultats de l'étude réalisée en partenariat avec GBTA sur les habitudes des voyageurs d'affaires pour la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Et le moins que l'on puisse dire est que le respect de la politique achat n'est pas absolu!

Praticité, prix, conformité : le voyageur d'affaires européen fait ses choix

La multiplication et la diversité des offres de réservation de voyages en ligne (comparateur de prix, offres low-cost, économie collaborative, etc.) ont fait évoluer les habitudes d'achat. Ces nouvelles alternatives, plus attractives les unes que les autres, se sont aujourd'hui immiscées au sein des entreprises avec une incidence forte sur le respect de la politique voyage mise en place.

Afin d'analyser ces nouvelles habitudes de réservation, Concur (gestion des notes de frais et déplacements professionnels), a réalisé en février 2016 une étude en partenariat avec GBTA (Global Business Travel Association) intitulée "Booking Behaviour: The Business Traveller's Perspective". Celle-ci examine les pratiques de réservation de 741 voyageurs d'affaires résidant dans les trois pays les plus représentatifs du marché européen que sont la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni.

La praticité et le meilleur prix au détriment de la conformité

Un premier résultat important de l'étude est que 60% des voyageurs en France et en Allemagne, contre 64% au Royaume Uni, ont utilisé des canaux de réservations dits "alternatifs" (ceux non directement recommandés par l'entreprise) au cours des 12 derniers mois. Les trois principales motivations sont : lorsqu'ils trouvent une solution plus pratique, lorsqu'un fournisseur privilégié n'est pas disponible, et lorsqu'ils trouvent un prix plus avantageux ailleurs. En effet, 53% des voyageurs d'affaires français ne passent pas par le fournisseur de voyages (compagnie aérienne, chaîne d'hôtels, etc.) privilégié de l'entreprise s'ils estiment que cela n'est pas pratique. La deuxième raison, citée par 40% d'entre eux, est qu'ils jugent plus avantageux les prix proposés ailleurs. C'est un point difficilement contestable par les entreprises car ici, le non-respect de la politique de voyage leur permet de réaliser des économies. La praticité et le prix représentent donc les deux principaux critères intervenant dans le choix du canal de réservation en France.

En parallèle, le profil du voyageur aura également une influence sur ce choix. Ainsi, 63% des voyageurs français effectuant plus de 6 voyages privilégient la réservation en direct auprès du fournisseur. En effet, le fait de voyager aussi souvent les rend plus susceptibles d'avoir des préférences ou de faire partie de programmes de fidélité.

L'OBT solution privilégiée mais pas toujours suffisante

Lorsque les entreprises en sont équipées, l'OBT (Online Booking Tool, ou encore système de réservation en ligne) reste le canal de réservation privilégié (61% des voyageurs d'affaires français l'utilisent alors qu'ils ne sont que 49% à le faire en Allemagne et 54% au Royaume-Uni). Cependant, ils sont encore nombreux (33% des voyageurs français interrogés) à traiter au moins une fois par an en direct avec des fournisseurs. Les entreprises se doivent de gagner en visibilité quant à ces réservations non conformes afin de disposer de toutes les données relatives :

- A la sécurité de leurs collaborateurs
- Aux tarifs qu'elles ont négociés auprès de leurs fournisseurs
- A la conformité à la politique de voyage de l'entreprise

Profil type du voyageur d'affaires français

Un homme ou une femme entre 35 ans et 54 ans, travaillant à temps-plein et occupant un poste à responsabilité moyenne ou élevée. Ce voyageur effectue en moyenne 11 voyages par an principalement en France. Même si 76% d'entre eux savent que leur compagnie bénéficie de tarifs préférentiels auprès de certains fournisseurs de voyage, ils sont 36 % à réserver en direct.

>> Découvrez aussi "Le voyage d'affaires face à son 'uberisation'".