Mon compte Devenir membre Newsletters

Parafe : à quand son entrée en fonction à Roissy et Orly?

Publié le par

Le député Thierry Solère vient en soutien de l'action amorcée par l'AFTM fin octobre pour réduire le temps d'attente des voyageurs d'affaires lors des contrôles aux frontières dans les aéroports et relancer le déploiement du dispositif Parafe en interpellant le ministre de l'Intérieur.

Parafe : à quand son entrée en fonction à Roissy et Orly?

Apportant son soutien à l'action de l'AFTM et du quotidien DéplacementsPros.com, le député "Les Constructifs" Thierry Solère vient de saisir le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, des difficultés rencontrées par les voyageurs d'affaires aux postes de police des aéroports et de l'inopérabilité du dispositif Parafe (Passage Automatisé Rapide aux Frontières Extérieures).

Prévu à l'origine pour fluidifier les passages aux frontières françaises, le dispositif Parafe est pour l'heure en sommeil et reste notamment inutilisable dans les aéroports de Roissy Charles de Gaule et d'Orly. Avec pour conséquence une attente lors des contrôles de la Police aux Frontières (PAF) pouvant aller de 1h30 à 3h. Une "situation inacceptable" et "préjudiciable aux voyageurs d'affaires" selon l'AFTM à l'heure où "les infrastructures aéroportuaires et les compagnies aériennes se sont adaptées aux problématiques du voyageur d'affaires et où l'environnement économique général tend vers plus de simplicité, de fluidité et d'efficacité", soulignait Thibault Barat dans son courrier au député Thierry Solère fin octobre.

Sensible à la défense des intérêts économiques des entreprises et au maintien de l'attractivité économique de la France, Thierry Solère a interpelé par écrit le ministre de l'Intérieur sur la situation, l'interrogeant sur "les intentions du gouvernement dans le cadre du déploiement prévu de ce dispositif (Parafe ndlr) ainsi que dans le cadre de l'amélioration de son fonctionnement." Parafe présente en effet l'avantage de répondre aux contraintes de sécurité tout en minimisant le temps d'attente à la frontière à effectif constant. Le caractère écrit de cette démarche oblige le ministre de l'Intérieur à instruire le dossier afin d'apporter une réponse au député Solère.

Par ailleurs, plusieurs députés République en Marche devraient également saisir le ministre et la pétition lancée fin octobre par Déplacements Pros continue de recueillir des signatures (pour l'heure au nombre de 1 850). L'initiative originelle de l'AFTM a donc trouvée suffisamment d'écho pour ne pas rester lettre morte.