Mon compte Devenir membre Newsletters

Mice : les nouveaux territoires des cartes de paiement

Publié le par

Forts de leur succès sur le voyage d'affaires, les éditeurs de cartes de paiement ambitionnent maintenant de conquérir des familles d'achats inédites. Parmi celles-ci s'impose le Mice, nouveau terrain d'expertise des travel managers. Sans oublier d'autres catégories qui se profilent à l'horizon.

Mice : les nouveaux territoires des cartes de paiement

Les voyages d'affaires ne leur suffisent décidément plus ! Capitalisant sur leur succès en matière d'optimisation du business travel, les cartes de paiement, corporate, logées ou encore virtuelles, partent désormais à la conquête de nouvelles familles d'achats. Avec, en tête, le Mice (meetings, incentives, conferences, exhibitits). En témoigne le lancement en 2012 par AirPlus - un des acteurs majeurs des cartes de paiement et partenaire exclusif de BNP Paribas en France - de l'AirPlus Meeting Card, pour les entreprises soucieuses de bénéficier d'une carte logée dédiée à la couverture de leurs dépenses d'événementiel. " Les cartes logées traditionnelles ont déjà largement démontré leur capacité à centraliser toutes les dépenses travel réglées en amont du voyage - billets d'avion, de train, LCD, etc. - et à offrir ainsi des délais de paiement qui soulagent le BFR, rappelle Nicole Flory, responsable marketing et communication d'AirPlus. C'est pourquoi, sous l'impulsion de nos clients, nous avons décidé de décliner l'usage d'une telle carte pour le Mice. "

Cette extension du savoir-faire des spécialistes du secteur, au-delà du voyage d'affaires stricto sensu, répond à une tendance de fond : celle de la convergence des achats de travel et d'événementiel chez un nombre croissant de grands comptes. Une tendance latente depuis un ou deux ans, comme le confirme Christophe Drezet, consultant associé au sein du cabinet Epsa : " On demande de plus en plus aux travel managers d'intégrer les dépenses d'événementiel dans leur scope. Mais ce chantier s'avère complexe, tant de tels achats restent atomisés dans l'entreprise, chasse gardée d'opérationnels divers. D'où un manque de visibilité dans le suivi. "

Dès lors, on comprend pourquoi le marché des cartes logées 100 % Mice demeure encore si vert. " La mutualisation de la gestion des dépenses travel et événementiel dans les entreprises est loin d'être une mince affaire, tant ces univers se révèlent différents, explique Nicole Flory. Par exemple, alors que les dépenses travel sont réglées au fil de l'eau, une pratique courante dans l'événementiel consiste à payer des acomptes à l'agence. La vocation de l'AirPlus Meeting Card est de bien prendre en compte ces spécificités afin de favoriser un reporting détaillé des coûts regroupés au sein de différentes catégories spécifiques au Mice : hébergement, restauration, location de salles, etc. "

La carte Mice, un vrai plus pour les achats

Vous l'aurez compris, grâce à une telle solution, vous pouvez bénéficier d'une véritable transparence de vos dépenses et accéder à des informations de plusieurs niveaux : nom de l'événement, nombre de participants et de couverts, affectation par centres de coûts (frais de bouche, boissons...). " Nous avons déjà signé des partenariats auprès d'une multitude d'acteurs de l'événementiel, notamment des plateformes spécialisées telles que CDS Group pour l'hôtellerie, Business Table pour les plateaux-repas, etc., énumère Nicole Flory. Notre objectif est d'étendre au maximum notre réseau d'acceptation. "

Fort de son expertise sur la gestion des frais professionnels grâce aux cartes corporate et du compte logé, Amex a décliné son offre pour l'appliquer à d'autres types de dépenses. Ainsi, vPayment, solution virtuelle de paiement lancée en 2009 pour répondre à la problématique hôtelière, étend son champ d'action pour s'appliquer aux dépenses Mice. De même, le compte logé, destiné à l'origine aux frais de billetterie, propose désormais une solution centralisée alternative pour le paiement de l'hôtellerie. " La centralisation des paiements et le contrôle des dépenses sont au coeur des enjeux de ces cartes virtuelles à usage unique, désormais adaptées aux dépenses hôtelières et événementielles ", indique Véronique Parisot, directrice partenariats de l'entité corporate d'American Express.

La force du réseau de fournisseurs

Pour favoriser l'acceptation et le déploiement de tels moyens de paiement, le groupe a veillé à s'entourer d'un réseau de fournisseurs partenaires. L'offre dédiée à l'hôtellerie s'appuie sur un grand nombre de chaînes et centrales hôtelières du marché, et celle proposée pour le Mice, sur les agences événementielles. Plus récemment, un partenariat avec Business Table a également été conclu afin de proposer la première offre de paiement centralisé dédiée à la restauration d'affaires.

Surfer sur les cartes de paiement virtuelles, c'est aussi le créneau d'AirPlus, qui va lancer cette année sa propre solution. " Elle sera adossée au réseau MasterCard, qui offre un potentiel d'acceptation large et reconnu ", se réjouit Nicole Flory. En franchissant ce cap, les éditeurs ne cachent pas leur ambition à terme : étendre la couverture de leurs cartes de paiement à un large périmètre de familles d'achats. " L'idée est de "réconcilier" toutes les dépenses relatives aux déplacements professionnels - taxi, visioconférence et même téléphonie mobile -, autrement dit, toutes les catégories d'achats que les travel managers vont être amenés à gérer dans un contexte d'évolution de leur poste vers celui de mobility manager ", confie Nicole Flory, en rappelant qu'un nombre croissant de clients ont déjà effectué des demandes en ce sens. " Pour satisfaire au plus vite leurs besoins, nous avons déjà opéré un rapprochement avec les taxis G7 ", poursuit-elle. Le challenge posé aux éditeurs sera certainement similaire à celui qui était à relever pour le Mice : savoir adapter la carte de paiement aux spécificités sectorielles de chaque nouvelle famille.