Mon compte Devenir membre Newsletters

Avec le "low fare", la classe business reprend son envol

Publié le par

Si pour remplir leur classe affaires, les compagnies aériennes se lancent dans une course à l'innovation toujours plus rude, certaines se démarquent également par un positionnement "low fare" original. Il s'agit de répondre aux contraintes des entreprises en termes de réduction des coûts.

Avec le 'low fare', la classe business reprend son envol

Proposer des services de première classe en classe affaires. C'est ce que va proposer Air France dans le cadre du programme Business 2016, présenté en octobre. Cette stratégie de montée en gamme de la compagnie en classe affaires devrait notamment se traduire par "le service sur plateau" ou à "l'assiette", avec prise de commande des plats... Après avoir lancé l'année dernière de nouveaux sièges Zodiac totalement inclinables, la compagnie française pousse donc plus loin encore l'amélioration de son service en business sur les lignes long-courriers les plus fréquentées par sa clientèle professionnelle. C'est dire si la classe affaires s'impose comme le nerf de la guerre des compagnies aériennes, celle-ci générant près du tiers de leurs revenus ! Pour la remplir, les compagnies aériennes investissent donc des centaines de millions d'euros afin d'améliorer les services, la restauration, les sièges...

Parmi les compagnies régulières participant à cette course à l'innovation, impossible de faire l'impasse sur Finnair, la compagnie nationale finlandaise, et la première en Europe à renouveler sa flotte long-courrier avec des Airbus A350, plus silencieux et au fuselage plus important. "Pas moins de 19 appareils vont nous être livrés, quatre d'ici la fin de l'année et le reste entre 2016 et 2023, précise Javier Roig, directeur commercial pour l'Europe du sud de Finnair . Ce qui va révolutionner notre offre en classe affaires, avec 46 nouveaux sièges plus larges et totalement inclinables, des écrans multitactiles 16 pouces, des plats concoctés par un chef étoilé d'Helsinki, sans oublier le wi-fi à bord, gratuit pour les passagers business et fort d'une connexion 100 % fiable."

Des billets "à contraintes" moins onéreux

De plus en plus prisée par les voyageurs d'affaires français se déplaçant en Asie, Finnair dessert une quinzaine de connexions en Thaïlande, Chine, Japon, Corée du Sud ou encore Singapour. Et ce, moyennant des tarifs très compétitifs "ne dépassant pas 2 000 euros TTC pour tout vol réservé à l'avance" , assure Javier Roig. Il rappelle que "la correspondance à Helsinki, systématiquement de jour, et n'ajoutant qu'une heure au voyage total, justifie des prix si attractifs" . Il en va de même pour Air Europa, compagnie espagnole de référence pour l'Amérique latine, forte d'un positionnement "low fare", avec la commercialisation de billets à contraintes, moins onéreux. "Nous avons la particularité d'être une compagnie régulière conjuguant une montée en gamme de notre classe affaires et des tarifs très compétitifs. Tout en offrant, en tant que membre de l'alliance Sky Team, l'accès à un club business avec les avantages dédiés aux adhérents du programme de fidélité Flying Blue" , indique Alcino Ribeiro, directeur général France d'Air Europa. La compagnie a reconfiguré ses cabines en classe affaires pour les Airbus 330-200 (espace 100 % privatif avec lit inclinable à 180°) et va intégrer, d'ici 2016, 14 nouveaux Boeing Dreamliner 787-800 et 787-900 sur ses vols longs-courriers (Argentine, Brésil, Uruguay, Pérou...).