Mon compte Devenir membre Newsletters

Assurer le risque kidnapping

Publié le par

Avec l'internationalisation de leurs activités, les entreprises peuvent être amenées à avoir des salariés dans des pays où existe le risque kidnapping. Un risque qu'il est possible d'assurer.

Assurer le risque kidnapping

Il n'y a pas qu'en Syrie, Irak et Afghanistan que le risque kidnapping est élevé. Les entreprises qui ont des filiales aux Philippines, au Nigeria, au Mexique, au Venezuela ou encore dans la région du Sahel devraient également s'intéresser à ce risque.

Car dans ces pays, il n'est pas rare qu'un Occidental soit enlevé contre une rançon. Et les salariés d'entreprises occidentales sont particulièrement recherchés, les kidnappeurs pensant que leur employeur payera les yeux fermés.

Deux kidnappings par heure

"Il semblerait qu'en matière de kidnapping, 80% des événements ne seraient pas reportés aux autorités. Mais il est estimé qu'ont lieu environ deux kidnappings par heure à travers le monde", nous apprend Tania Bensoussan-Arthur, responsable de la nouvelle offre Kidnapping, Rançon & Extorsion de l'assureur XL Catlin en France.

À travers cette nouvelle offre, XL Catlin souhaite que les entreprises françaises hésitent moins à s'installer dans les pays à risque, car couvertes par une assurance spécifique. La garantie couvre les conséquences financières de ces événements, aussi bien les soins médicaux et psychologiques que les salaires des victimes et des membres de leur famille. "Lorsque l'entreprise souscrit cette offre, tous les employés sont couverts ainsi que leur famille et leurs éventuels invités, précise Tania Bensoussan-Arthur. Les sous-traitants sont également couverts".

Préparer les salariés

Dans le cadre de cette police, les clients ont également accès à des services d'évaluation et de prévention du risque ainsi qu'à des formations à la gestion de crise, proposés par S-RM. Ce qui permet de correctement préparer les salariés qui vont se rendre dans une région dangereuse, à travers - selon les besoins - des formations, des exercices, la mise en place d'une organisation spécifique.

"En cas de crise, il est également possible de prendre contact avec un consultant qui dépêche des personnes auprès des dirigeants et même, si besoin, sur place pour une aide logistique", ajoute Tania Bensoussan-Arthur.

Une offre complète qui peut séduire les entreprises de plus en plus conscientes de ce risque lorsqu'elles se déploient à l'étranger.