Mon compte Devenir membre Newsletters

"Adapter les best practices du corporate travel à notre coeur de métier" (Europ Assistance)

Publié le par

Acteur international de l'assurance et de l'assistance, Europ Assistance gère ses dépenses voyages comme des achats stratégiques. Avec le déploiement, à la clé, d'une organisation efficace inspirée des bonnes pratiques du corporate travel. Explications de Clotilde Bray, global purchasing manager.

'Adapter les best practices du corporate travel à notre coeur de métier' (Europ Assistance)

En quoi le travel s'impose comme une famille d'achats "coeur de métier" chez Europ Assistance ?

L'essence même de notre métier nous impose d'assister et/ou de rapatrier nos assurés en France et à travers le monde, dans des délais très courts, avec une qualité de service irréprochable. Une activité complexe - plus de 12 millions d'interventions organisées chaque année - qui suppose donc une gestion ad hoc en terme d'achats. Et pour cause : nous achetons plus de 28 000 billets d'avion par an pour rapatrier nos clients ! Pour ce faire nous travaillons avec des partenaires travel multiples - avions sanitaires, compagnies aériennes, hôtels, agences de voyages... -, et ce, au même titre qu'un travel manager en charge des déplacements professionnels de ses collaborateurs. C'est donc un poste de dépenses important et stratégique pour le groupe, sur lequel notre service achats -fonction support et transversale chez Europ Assistance - concentre ses actions d'optimisation tant en terme de pilotage achats que d'expertise opérationnelle.

De quelle manière se structure la politique voyage d'Europ Assistance ?

Concernant l'activité plus classique du corporate travel, nous avons une politique voyage mutualisée avec notre actionnaire Generali. Mais dans le cadre des rapatriements, nous sommes dans des situations d'urgence. Aussi, c'est l'adéquation de la disponibilité et du trajet le plus direct - en convergence avec la recherche de tarifs optimums - qui oriente d'abord nos choix. Concernant les rapatriements médicalisés, nous nous conformons à l'avis de notre médecin qui, pour les pathologies les plus lourdes, décide du type de classe et de services associés : extra seat, civière, oxygène, en classe économique, business ou première.

Misez-vous sur une mutualisation des achats travel liés à vos rapatriements " coeur de métier " avec ceux induits par les déplacements professionnels ?

La mutualisation des achats au niveau du groupe est un levier déterminant pour lequel la catégorie travel ne fait pas exception. Donc oui, nous globalisons nos volumes sur les deux univers du segment voyage : l'un sur le coeur de métier de notre activité dans le cadre de nos rapatriements et le second sur les déplacements professionnels de nos salariés. Cette mutualisation s'opère avec notre actionnaire Generali et nous permet de rationaliser notre panel de fournisseurs, tout en globalisant les volumes afin de favoriser la négociation d'accords tarifaires plus compétitifs. Outre l'intérêt d'une telle convergence, la complexité de notre métier reste toutefois de référencer des prestataires capables de répondre à ces deux segments. En effet, dans l'assistance, nous sommes dans des situations d'urgence où - a contrario des déplacements professionnels - nous n'avons pas la capacité de procéder bien en amont aux réservations. Et pour cause : nous ne connaissons pas à l'avance le lieu du rapatriement, aussi, le délai de booking est souvent très court, J-2/ J-3 avant le départ. Pour les réservations d'hôtel nous pouvons intervenir le soir même (ex : panne d'un automobiliste sur la route)

Lire la suite en page 2